Avait-on besoin de cette polémique interminable sur l’interprétation des mesures prises par le gouvernement dans le cadre du confinement général décidé pour une période de quatre jours? En effet, ces mesures ont fait l’objet d’un désaccord profond touchant même les membres de la commission médicale chargée de suivre l’évolution de la pandémie et de définir la stratégie à mettre en œuvre en vue d’en limiter les dégâts. On a assisté à une véritable compétition au cours de laquelle nos médias, plus particulièrement les radios et TV, se sont livrés à une course effrénée à la recherche du buzz en ouvrant leurs antennes non pas pour vulgariser les mesures arrêtées, mais plutôt pour les dénoncer, en dégager leur responsabilité et semer le trouble et la confusion dans les esprits des Tunisiens.
La question s’impose d’autant plus que l’atmosphère générale qui s’est installée dans le pays depuis la publication des mesures s’est caractérisée par une frénésie générale au niveau de la consommation au point qu’on croirait le pays en pleine guerre et qu’on avait le sentiment que «l’armée blanche » a perdu subitement la réputation qu’elle s’est forgée quand nos médecins, nos infirmiers et nos cadres paramédicaux ont donné, il y a moins d’une année, une leçon historique de bravoure, de compétence et de courage.
Hier, jeudi 14 janvier 2021, jour du 10e anniversaire de la révolution de la liberté et de la dignité, les Tunisiens, lassés des tiraillements qui distinguent le paysage politique national et en rupture totale avec l’élite politique post- révolution, toutes appartenances politiques confondues, s’interrogeaient avec inquiétude : à quand la sortie du tunnel ? A quand l’émergence d’une conscience générale qui nous permettra de nous réconcilier avec nous-mêmes et de rompre avec cette mentalité de violence, de déni de l’autre et d’intolérance galopante à un rythme de plus en plus soutenu menaçant le vivre-ensemble et les fondements mêmes de notre modèle de société ?
Est-il encore possible d’espérer voir la célébration du 10e anniversaire de la révolution, même si elle est passée inaperçue, réveiller en nous les valeurs cardinales pour la consécration desquelles cette même révolution a éclaté : la démocratie, la fraternité, la tolérance et plus particulièrement le dialogue et l’écoute de l’autre.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Un silence complice

    Cible d’attaques violentes depuis plus d’une semaine par les forces d’occupation, Gaza vit…
  • Restons unis face au danger

    Nous sommes en pleine vague de l’épidémie de Covid-19, qui dure depuis maintenant plus de …
  • Une revendication à satisfaire

    Enfin, les  sportifs pourraient avoir l’opportunité de  s’intégrer, à l’instar des autres …
Charger plus dans Editorial

Un commentaire

  1. antonino martino

    16/01/2021 à 07:19

    deux priorités : Gouvernement: lois électoral majoritaire/ Covid: plus de controls et plus d’amendes sur le porte du mask surtout dans le magasins, bus, louage etc ( 1000 dinars à qui ne le porte pas et à partir de 5000 dinar à qui devrait le faire respecter)

    Répondre

Laisser un commentaire