Le programme de mise à niveau des entreprises vise, notamment, l’amélioration du positionnement compétitif des entreprises et de leur capacité d’adaptation au contexte économique. Il s’agit aussi de doter les entreprises de moyens leur permettant de résister à la concurrence.


La mise à niveau industrielle des entreprises a été au centre d’une séance de travail, tenue le 13 janvier 2021, et présidée par Mme Salwa Sghaier, ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, au siège de son département. Ont participé à cette réunion, M. Hichem Elloumi, président adjoint de l’Utica, M. Khaled Sellami, membre du bureau exécutif de la même organisation professionnelle, ainsi que des représentants du ministère des Finances, M. Kamel Hendaoui, directeur du bureau de mise à niveau et nombre de cadres du ministère.

Au cours de la réunion, un exposé sur les interventions dudit programme a été fait, suivi d’une série de propositions visant à activer le programme. Intervenant à ce sujet, Mme Salwa Sghaier a souligné a nécessité de s’attacher au développement technologique dans le cadre de la 4e révolution industrielle, et ce, pour hisser la compétitivité des entreprises dans un contexte marqué par la propagation de la pandémie du Covid-19, et l’impératif de préserver les postes d’emploi.

S’adapter aux nouvelles technologies

A noter que le programme de mise à niveau des entreprises visent, notamment, l’amélioration du positionnement compétitif des entreprises et de leur capacité d’adaptation au contexte économique. Il s’agit aussi de doter les entreprises de moyens leur permettant de résister à la concurrence, aussi bien sur le marché local qu’au niveau des marchés cibles. Le programme prête main-forte aux entreprises pour contribuer à l’effort d’exportation déployé. A la faveur du programme de mise à niveau industrielle, les entreprises peuvent moderniser leurs moyens de production, s’adapter aux nouvelles technologies et développer leurs ressources humaines.

Les investissements matériels pourraient concerner l’acquisition d’équipements, comme le matériel informatique, de contrôle et de laboratoire et de recherche et développement. Les investissements immatériels concernent, quant à eux,  les Technologies d’information et de communication, comme les logiciels /ERP, GPAO, CAO-DAO, GMAO… Le programme fournit aux industriels adhérant au programme la possibilité de financer les études préalables aux investissements matériels et la qualification des ressources humaines, ainsi que les études relatives à l’organisation de l’entreprise.

Des dépenses sont également prévues pour le transfert de technologie, l’acquisition de brevets ou de licences, le recrutement de cadres dans les fonctions technologiques, la mise en place de bureaux d’études et méthodes, et autres. L’industriel peut également réaliser un plan de mise à niveau, impliquant le concours de plusieurs intervenants (l’entreprise, le bureau de mise à niveau, les centres techniques, les bureaux d’études, etc.).

A rappeler  que le processus de mise à niveau peut être scindé en deux phases, dont la première est déclenchée par la demande d’adhésion de l’entreprise et aboutissant l’approbation de son plan de mise à niveau, Quant à la seconde phase, elle concerne le déblocage des primes de la mise à niveau. Une importance capitale est accordée à la technologie et à la recherche-développement à la faveur d’une prime accordée au titre des investissements dans les activités de recherche-développement (Pird).

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire