Le remaniement ministériel annoncé samedi dernier par le chef du gouvernement Hichem Mechichi avait pour but d’exclure des ministres « proches de la présidence de la République » dans le cadre des « conflits de pouvoir » et de « chantage politique », a souligné lundi le parti d’Al Joumhouri.

« Le remaniement touchant onze portefeuilles intervient peu avant le démarrage d’un dialogue national consacré à la résolution de la crise politique et socio-économique qui continue de secouer le pays », a encore souligné Al-Joumhouri dans un communiqué. Il intervient également dans un contexte d’instabilité politique.

Pour cette formation politique, « démettre un tiers des ministres après près de quatre mois de leur désignation démontre à l’évidence que le critère de compétence n’était pas retenu lors de leur nomination.

Le chef du gouvernement Hichem Mechichi avait opéré samedi dernier un remaniement ministériel touchant onze portefeuilles, avec l’objectif de faire un travail « plus efficace », selon ses dires.

Le gouvernement remanié doit être approuvé par le Parlement.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire