Les sympathisants des partis et mouvements politiques de gauche se sont rassemblés, samedi, en plein cœur de la capitale Tunis, réclamant le changement du système politique issu de la Constitution de 2014 et la libération des personnes arrêtées lors des mouvements de protestation qui ont éclaté, ces derniers jours, dans plusieurs régions du pays.

Les manifestants ont pris le départ depuis l’avenue Habib Bourguiba, au milieu d’un important dispositif policier, avant de parcourir l’avenue Habib Thameur, rue de Palestine, du Ghana et Kemal Atatürk.

Ils ont scandé des slogans appelant à la modification du système politique en vigueur, à la mise en œuvre des principes de la justice sociale, la création d’emplois, la publication, au JORT, de la liste des blessés et martyrs de la Révolution ainsi que la libération des personnes arrêtées lors des mouvements de protestation.

Les participants à la manifestation ont également martelé des slogans contre le mouvement Ennahdha et son président Rached Ghannouchi, le président du conseil de la Choura, Abdelkrim Harouni, ainsi que le parti destourien libre et les anciens RCDdistes.

La manifestation a été conduite par des personnalités politiques connues, dont le président du parti des travailleurs, Hamma Hammami, son adjoint Jilani Hammami, le secrétaire général du parti Courant populaire, Zouhair Hamdi et le dirigeant du parti des patriotes démocrates unifié (Al Watad), Mohamed Jmour.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Jmour a souligné la nécessité de repenser le système politique en vigueur, le qualifiant de « système corrompu » et ne reflétant pas la volonté du peuple.

À noter que des partis de gauche dont notamment le parti des travailleurs et Al Watad ont appelé à l’organisation de cette manifestation qui a été largement couverte par des médias locaux et étrangers.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire