Pour sa deuxième sortie à la tête de l’Etoile, Lassaâd Dridi reconduira les mêmes et pour cause : l’infirmerie ne désemplit pas.


«On ne change pas une équipe qui gagne». Voilà un adage que Lassaâd Dridi n’appliquera pas par conviction  après sa victoire devant l’ASR… C’est que la marge de manœuvre du nouvel entraîneur étoilé est réduite à cause d’une infirmerie qui ne désemplit pas. Hamza Lahmar, Yassine Chikhaoui, Ali Soumah, Mohamed Amine Ben Amor, Redouane Zerdoum, Salim Boukhanchouche et Saddam Ben Aziza, qui ont manqué à l’appel dimanche pour cause de blessures, sont encore convalescents et, de ce fait, ne seront pas de la partie tout à l’heure. A Kairouan, cet après-midi, le coach étoilé pourrait être privé également des services d’un autre joueur, Malek Baayou, à cause d’une contracture musculaire. Une source proche du club nous a confié que cette cascade de blessures s’explique par la mauvaise préparation de l’équipe à l’intersaison.

Khechrida, rappelé à l’ordre

Lassaâd Dridi n’a pas mis beaucoup de temps pour marquer son territoire. Dimanche, il n’a pas hésité à remplacer au début de la deuxième mi-temps Wajdi Kechrida à cause de son indiscipline tactique. Le joueur a refusé d’appliquer les consignes de son entraîneur. Il l’a payé cash en se faisant remplacer illico. En sachant revigorer ses joueurs et en remportant son premier match à la tête de l’ESS, Lassaâd Dridi fait déjà bonne impression.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire