La mise à niveau a été entamée, quelques années plus tôt, à la faveur de la préparation de la zone de libre-échange entre la Tunisie et l’Union européenne. Ce programme était réalisé en parallèle à celui de la modernisation industrielle qui a bénéficié de l’assistance technique et financière de l’Europe. Plusieurs entreprises industrielles ont pu, ainsi, affûter leurs armes pour devenir plus compétitives et ainsi confronter les entreprises européennes quand la zone de libre-échange sera fonctionnelle avec une libéralisation intégrale des échanges commerciaux.

C’était un défi de taille pour les entreprises opérant dans divers secteurs, comme le textile-habillement, cuir et chaussures, agroalimentaire, céramique, verre… Cette ouverture du marché n’a pas été facile pour toutes les entreprises, dont certaines ont subi les conséquences de la concurrence européenne où de grandes entreprises, utilisant des moyens technologiques sophistiqués, ont pu s’imposer, voire monopoliser l’offre. Aujourd’hui, la question de la mise à niveau se pose de nouveau, puisque le ministre de l’Industrie a tenu une réunion, récemment, avec le responsable du bureau de mise à niveau en présence des représentants de la profession.

A noter que la réadaptation de l’entreprise ne se fait pas une seule fois, mais à plusieurs reprises pour améliorer constamment le niveau de la production qualitativement et quantitativement et être à même de résister à la concurrence aussi virulente soit-elle. La mise à niveau ne consiste pas uniquement à renouveler les outils de production, mais aussi à changer les méthodes de travail, en optant pour des procédés de production propres et,  surtout, en formant les ressources humaines en révisant leur redéploiement après des sessions de formation et de recyclage pour le personnel en exercice.

La Tunisie dispose déjà de sa stratégie de modernisation industrielle à l’horizon de 2030 et au-delà. Chaque opération de mise à niveau doit être axée sur une thématique pour concentrer tous les efforts sur des actions bien précises à mener au profit de l’entreprise. En cette période difficile, marquée par la crise sanitaire et la diminution des revenus, la thématique pourrait être «l’amélioration de la valeur ajoutée des produits industriels», et ce, dans le but de faciliter l’accès de nos entreprises aux marchés extérieurs et, surtout, d’assurer leur pérennité. D’autres thèmes peuvent être explorés, comme ceux qui intéressent «le partenariat public-privé», «la transition de la production vers les procédés propres», «la coopération entre les entreprises tunisiennes et leurs homologues étrangères», «l’encouragement de la recherche/développement» et «l’amélioration du taux d’encadrement dans nos entreprises». Autant de thèmes qui méritent réflexion et études de la part de nos entreprises adhérentes au programme de mise à niveau.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Supplément Economique

Un commentaire

  1. Siwam Habal

    28/01/2021 à 02:47

    La mise à niveau, est une mise à niveau  » CLUTURELLE  » : optimiser l’efficacité des opérateurs économiques.
    Les promoteurs des GAFAM, n’ont bénéficié d’aucun programme de mise à niveau, aucun encadrement, aucun plan de développement, sont partis de garages, sans un dollar en poche, et actuellement : gouvernent le monde.
    Prière aborder le thème suivant dans votre journal : le taux de croissance économique, est une affaire de  » CULTURE « , de spécialistes en sciences humaines, et non d’économistes statisticiens.

    Répondre

Laisser un commentaire