Le chef d’Orchestre et compositeur tunisien Ahmed Achour est décédé, ce vendredi 29 janvier 2021, à l’âge de 75 ans.

Le défunt est natif du 06 février 1945 à Hammam-Lif, en banlieue de Tunis.

Dans un faire-part publié dans la journée, le ministère des Affaires Culturelles a regretté la perte d’une des grandes icones de la musique classique en Tunisie.

Durant son long parcours artistique entamé au début des années 70, ce grand chef d’Orchestre et ancien enseignant à l’Institut supérieur de la musique de Tunis (ISMT) avait largement contribué à l’instauration de nouvelles traditions musicales.

Après des études de Droit, Ben Achour rejoint le Conservatoire national de Musique de Tunis où il décroche en 1967 un diplôme en musique arabe.

Par la suite, il intègre la Schola Cantorum, à Paris, où il se spécialise dans l’harmonie et le contrepoint. Durant son séjour en France, il s’initie également à la direction d’orchestre et à l’écriture orchestrale.

De retour à Tunis, en 1971, cette expérience parisienne lui ouvre les portes de l’Orchestre Symphonique tunisien (OST), en tant que premier violon. Quelques années plus tard, il est chargé en 1979 de diriger l’OST, une mission qui s’étalera jusqu’en 2011.

Son mandat, de plus de 30 ans, à la tête de cette prestigieuse institution, lui permet de se produire dans des concerts à travers de nombreuses capitales du monde, notamment en Europe et au Maghreb, comme Moscou, Paris, Alger et Rabat.

Ben Achour est aussi l’initiateur de la tradition du concert de l’OST, un rendez-vous longtemps organisé le dernier jeudi de chaque mois. Son nom évoquait souvent le Festival international de musique symphonique d’El Jem, une manifestation d’envergure dans laquelle il se produit, chaque été, depuis sa création au milieu des années 80.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire