Des appareils électroménagers énergivores sont encore vendus dans le marché formel, mais surtout informel. Certains consommateurs se ruent pour les acheter vu leur bas prix.

Le marché de l’électroménager regorge d’appareils électriques de différentes capacités de consommation énergétique. Les consommateurs doivent faire preuve de vigilance pour acheter les appareils les moins énergivores en consultant les tickets qui sont collés et qui indiquent la capacité de consommation de la plus faible à la plus élevée. Progressivement, selon les autorités concernées, les appareils énergivores seront interdits du marché. Cette opération de sélection a déjà commencé et l’on constate dans certaines boutiques que seuls les appareils économiques en énergie sont exposés à la vente. Mais dans d’autres boutiques, on constate encore ces appareils gros consommateurs d’énergie. Les appareils les plus énergivores se trouvent surtout dans le marché parallèle.

Il suffit, en effet, de faire un tour du côté du marché de Moncef Bey pour voir ces machines à laver, téléviseurs, climatiseurs et autres qui ne sont pas construits conformément aux normes d’économie d’énergie en vigueur. Pourtant, ces appareils sont très demandés par les consommateurs, vu leur prix relativement mois élevé que  ceux pratiqués dans le marché formel. Pour le consommateur tunisien, la priorité concerne le prix même si le produit en question est contrefait. C’est en rentrant chez lui que le consommateur constate que son appareil consomme deux ou trois fois plus d’électricité qu’un appareil vendu dans le commerce formel.

Rationaliser la consommation d’électricité

La consommation de l’électricité ne cesse d’évoluer d’une année à l’autre, suite à l’extension urbaine et à la croissance démographique. De nouvelles unités d’habitation sont bâties chaque année exigeant de l’électricité pour faire fonctionner un ensemble d’appareils et d’outils ménagers, ce qui nécessite l’augmentation de la production de l’énergie électrique. L’énergie renouvelable ne va résoudre qu’une partie du problème énergétique, vu sa capacité limitée. La meilleure solution est de rationaliser la consommation en optant notamment pour les appareils qui consomment le moins d’électricité.

L’éclairage est également une source de consommation de l’électricité. Malgré l’existence de lampes à effervescence sur le marché, certains consommateurs choisissent encore les lampes « normales » qui consomment plus d’énergie et dont la durée de vie est courte. Ces lampes seront aussi progressivement supprimées du marché local. Dans le marché parallèle ces lampes conventionnelles sont vendues en grandes quantités sans garantie de durabilité ni de qualité. Pour l’éclairage public et les grandes superficies, l’énergie solaire peut être rentable. On a tenté des expériences dans certains parcs publics, et les résultats obtenus sont très encourageants, ce qui favorise leur généralisation à d’autres lieux publics ou privés. Encore faut-il l’adhésion totale des citoyens à cette démarche.

La prochaine période sera marquée, en tout cas, par une présence plus remarquée des appareils ménagers à consommation électrique faible à la faveur d’une interdiction de l’importation des appareils énergivores qui concernent aussi bien les climatiseurs que les réfrigérateurs et les machines à laver, et ce, pour réduire un tant soit peu la consommation de l’électricité dans les foyers. Cette démarche devrait profiter également aux consommateurs dont la facture d’électricité serait allégée. Ces derniers sont appelés à vérifier la qualité de leur achat ainsi que sa puissance et sa capacité de consommation électrique avant de passer à la caisse.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire