Le bureau politique du parti Al-Massar a demandé, vendredi, aux ministres suspectés d’implication dans des affaires de corruption et de conflits d’intérêts de se retirer du remaniement ministériel. Il s’agit, selon le parti, d’un premier pas de surmonter la crise politique.

Dans une déclaration publiée vendredi, le parti met en garde contre les choix économiques et sociaux adoptés par le gouvernement « qui œuvre à les imposer pour satisfaire les diktats du Fonds monétaire international aux dépens des Tunisiens et de leurs richesses.

Ces options ne font qu’alourdir l’endettement, Al-Massar qui a appelle le gouvernement à faire participer les différents acteurs sociaux aux concertations pour identifier les solutions à même d’apaiser la crise.

Le parti a, par ailleurs, tenu le président du parlement, Rached Ghannouchi, pour responsable de la suspension des travaux de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), estimant qu’il représente un élément de tension au parlement en raison de sa mauvaise gestion des conflits et du déroulement des sessions parlementaires.

Al-Massar a, dans ce contexte, condamné la violence sous toutes ses formes au sein du parlement qui a « considérablement affecté l’action politique », appelant les députés à retirer la confiance au président de l’ARP pour assainir le climat politique.

Et d’ajouter, la coalition au pouvoir, le chef du gouvernement et le président de la République sont tous responsables de la détérioration de la situation politique et sociale dans le pays, de la baisse du pouvoir d’achat et des tensions qui présagent une véritable explosion sociale.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire