Le retour à la compétition après blessure reste le cauchemar du staff médical, qui doit gérer avec le maximum d’efficacité et le minimum d’arrêt sportif. Tout cela dans le cadre d’une optimisation remarquable des blessures afin de limiter le temps d’arrêt de pratique et d’immobilisation. L’obsession du sportif blessé est toujours de revenir à un niveau physique convenable. Il a peur de se blesser de nouveau, de mettre trop de temps à recouvrir ses capacité et surtout bien gérer ce qui vient de lui arriver. Intuitivement, tous les sportifs savent que derrière les victoires et les performances d’une équipe et de ses joueurs, il y a bien plus qu’une somme de talents individuels ou collectifs. Qu’il s’agisse de grandes stars, ou de joueurs ordinaux, le rôle du responsable de l’entretien physique est aussi important que déterminant.
Une bonne prise en charge permet de faire face aux répercussions à haut risque d’une blessure. La prévention, mais aussi et surtout la bonne réhabilitation, sont souvent les meilleurs garants pour éviter et limiter les risques d’accidents, diminuer leur gravité et se remettre des blessures qui peuvent mettre un coup d’arrêt définitif à la pratique du sport.
La blessure du sportif est une probabilité quotidienne. Si un dysfonctionnement passager est relativement bien accepté par le sportif comme par son entourage, la blessure importante qui nécessite ou nécessiterait un arrêt prolongé peut confronter l’athlète à un certain nombre de difficultés. A l’incapacité physique, et à l’affectation de l’image de soi, peuvent s’ajouter aussi certains troubles psychologiques d’ordre émotionnel ou motivationnel.
Le spécialiste de réhabilitation, un métier qu’on trouve de plus en plus dans les plus grands clubs européens, est là pour assurer une prise en charge adaptée et pour aider le joueur à bien gérer sa blessure et la période qui s’ensuit. L’objectif est de le remettre en condition dans les meilleurs délais et sur des bases solides. Se blesser est malheureusement toujours possible. En assumer les frais à vie est par contre à l’opposé du but recherché.
Il convient à ce propos de différencier les prérogatives du préparateur physique de celles du spécialiste de réhabilitation. Deux métiers, deux spécialités avec des vocations complètements différentes. Notamment par rapport à l’espace et le temps. Le premier travaille avec le groupe au quotidien, alors que le deuxième prend en charge les joueurs individuellement et sur le long terme.
L’entraînement adapté, la bonne récupération et l’hygiène de vie font partie de la prévention. La pratique du sport présente des risques de blessures différents, diversifiés, imprévus et même déroutants. Des aléas de traumatismes, de chocs, de chutes ou de contacts entre adversaires. L’évolution du sport entraîne avec elle l’émergence de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux métiers. Le plus en vogue aujourd’hui est celui du spécialiste de réhabilitation qu’on ne trouve pas encore chez nous et dont l’apport devient de plus en plus nécessaire dans la gestion de la carrière des sportifs.
Malheureusement, certains sportifs, et malgré la qualité du staff médical, n’ont jamais pu retrouver leur niveau antérieur à la blessure. Il faut dire que la santé des sportifs associe prévention, bonne technique, bon équipement et respect des règles. Cela n’est possible qu’en suivant un entraînement optimal, en s’octroyant un temps de récupération suffisant. Il existe assurément des moyens pour prévenir et empêcher d’éventuelles rechutes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Jalel MESTIRI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire