On pensait que le déplacement de l’Espérance à Kairouan allait être une répétition pour le derby d’Alger mardi prochain en Ligue des champions.Mais le duel, trop déséquilibré, n’avait rien de tel.

L’Espérance n’a pas beaucoup peiné à Kairouan avant de réaliser une victoire facile (3-0) aux dépens de la JSK pour le compte de leur match en retard.

Elle s’est même permis une véritable exhibition de force en deuxième mi-temps au cours de laquelle elle a sorti le grand jeu en imposant un rythme endiablé rappelant ses jours de forme exceptionnelle.

Le champion sortant clôture ainsi la phase aller avec onze victoires, un math nul contre l’ASSoliman (0-0) et une seule défaite essuyée à Sfax face au CSS (0-2). Il entamera la phase retour avec une avance consistante d’au moins cinq longueurs sur son poursuivant dans la course au titre.

Un moral retapé

Le match de Kairouan a connu deux visages différents. Autant la première mi-temps était marquée par une domination stérile de l’Espérance face à une JSK, sans le moindre panache sur le plan offensif, autant la deuxième période a été une réussite totale pour la ligne d’attaque «sang et or».

Dans cette rencontre, la troupe de Mouine Chaâbani a ciblé deux objectifs : la consolidation du leadership et un rendement rassurant pour le prochain match de la compétition africaine à jouer à Alger contre la Mouloudia mardi prochain.

Et si l’équipe de Bab Souika n’était pas convaincante samedi dernier à Radès contre les Sénégalais de Teungueth malgré la victoire (2-1), elle a été très performante à Kairouan.

Sa ligne d’attaque a donné le tournis à la défense kairouanaise qui  a été mise à genoux par trois fois grâce aux buts de Nassim Ben Khlifa (60’), William Tougui (72’) et Anice Badri (76’).

Tougui, la bonne affaire

Cette fois-ci, le coaching de Mouîne Chaâbani, effectué particulièrement en deuxième période, a été judicieux. Huit attaquants ont été utilisés dans ce match de Kairouan.

En effet, Badri, Benguith, Houni et Khénissi ont été incorporés après la mi-temps à la place de Meziane, Ben Khlifa, Abdel-Basset et Tougui.

Le fait marquant dans ce mouvement est que tous les joueurs utilisés ont affiché une forme très rassurante avec une mention spéciale pour l’Ivoirien William Tougui qui semble être le vrai oiseau rare que l’Espérance cherchait depuis un certain temps. Ce joueur de 24 ans est un poumon infatigable qui sait être utile  au jeu de couverture et de récupération tout comme dans la construction des actions offensives et dans la finition.

Son apport conjugué à celui du Ghanéen Khalid Abdel-Basset, qui s’améliore nettement d’un match à l’autre,  sera à l’avenir l’une des clés de réussite de l’Espérance.

D’ailleurs, le visage convaincant de Tougui et de Abdel-Basset mettra sûrement en confiance toute l’équipe «sang et or» à l’avenir, en commençant par le derby d’Alger. Et quand on ajoute à ces deux nouveaux atouts majeurs le retour providentiel d’Anice Badri et la récupération de la star Hamdou El Houni, on peut conclure que les fans de l’Espérance sont désormais en mesure de rêver grand.

Il faut avouer que l’Espérance a été grandement aidée par l’abdication totale de la JSK qui n’avait que son courage à opposer. Les poulains de Hafedh Houarbi, qui n’ont récolté que deux petits points lors de toute la phase aller, sont bons derniers.

Et c’est dommage pour un autre club tunisien à la belle histoire qui se meurt au vu et au su de tout le monde sans que personne ne bouge le doigt pour le secourir !

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire