Le secrétaire général de l’Union Tunisienne générale du Travail Noureddine Taboubi a affirmé, vendredi, qu’une grève générale dans le secteur public est envisageable, qui selon lui, constitue « un moyen de pression à même de sauver les entreprises publiques en difficulté », suite à l’échec des politiques sociales et économiques dans le pays au cours des dix dernières années. »

S’exprimant lors d’un rassemblement protestataire des agents et cadres de Tunisair, Taboubi a déclaré « qu’il était temps de s’unir et de serrer les rangs face aux tentatives d’affaiblissement de l’État et de cession des entreprises publiques en difficulté, tandis que l’élite politique poursuit sa lutte acharnée pour l’accès au pouvoir et le contrôle des structures de l’État ».

Il a souligné que « l’organisation syndicale sera toujours aux premiers rangs avec ceux qui veulent préserver les acquis du peuple tunisien et les institutions de l’État », estimant que la cession de la compagnie Tunisair est une ligne rouge, tout comme les autres entreprises publiques.

Taboubi a appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités pour la restructuration de « Tunisair » en injectant les fonds nécessaires pour la sauver de l’effondrement « comme tous les pays du monde le font avec leurs transporteurs », de payer ses dettes financières et de réviser le statut contractuel de la compagnie turque « TAV – Tunisie » avec le groupe Tunisair « , a t-il précisé.

Rappelons que le trafic aérien a été paralysé cet après midi suite à la grève ouverte des agents et cadre du groupe Tunisair.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire