L’objectif des «Sang et Or» est de retrouver le sommet de la pyramide arabe.

La capitale du Bahreïn, Manama, organisera de nouveau le Championnat arabe des clubs (18-25 mars prochain), après celui de 2017. Une joute qui se tient annuellement avec une participation massive, 18 équipes cette année, soit le même nombre de participants de l’édition précédente.

Parmi les équipes présentes à cette édition, figure l’Espérance de Tunis qui en sera à sa huitième participation. L’objectif de l’EST est clair : retrouver le sommet de la pyramide arabe sept ans après. Les deux titres acquis sur le sol tunisien remontent à 2007 et 2014. L’équipe manifeste un désir ardent pour relever le défi après les deux revers subis à domicile lors des finales de 2018 et 2019 face au même adversaire, Errayen de Qatar. Que  sera alors le sort de l’Espérance pour cette nouvelle compétition? Les indices sont au vert et on s’attend à un coup d’éclat de l’EST. La richesse de l’effectif, la nette amélioration du rendement depuis l’arrivée de l’entraîneur italien, Travicha, et la détermination décuplée pour réussir les échéances sur le triple plan national, arabe et africain sont autant d’indicateurs favorables.

Plus affûtée, bien décidée et avec un nouvel état d’esprit, l’Espérance croit réellement en ses chances et en ses moyens. Elle sortira sans doute grandie de toute épreuve.

Notons enfin que la compétition arabe du mois de mars rassemblera les meilleures équipes des pays du Golfe, du Moyen-Orient, et de l’Afrique du Nord.

T. HAJLAOUI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire