L’ancien taulier «sang et or» est confiant en la capacité des joueurs de Chaâbani. Il livre son avis technique sur le match de la MCA et sur les chances de l’EST en Afrique dans cette édition.

«L’équipe a eu des difficultés à l’entame de son premier match en phase des groupes. Mais même quand elle se trouve dans la difficulté, l’EST sait tirer son épingle du jeu. Cela a été le cas contre la formation sénégalaise de Teungueth, lors de la 1ère journée de la phase des groupes. Les Sénégalais étaient les premiers à trouver le chemin des filets avant que les Espérantistes ne reviennent dans le match et de l’emporter. C’est cela la force de l’EST : faire de bons résultats même quand l’effectif est au plus mal. Par ailleurs, des reproches sont souvent faits au staff technique de ne pas allier manière et résultat. Il faut comprendre que l’effectif est handicapé par les blessures, et d’un autre côté, il faut du temps aux nouvelles recrues pour qu’elles entrent dans le moule. Il n’empêche, deux nouvelles recrues se sont distinguées déjà : Khalid Abdul Basit et William Togui. A mon avis, ce sont les meilleurs recrutements de ce mercato hivernal. Ils ont le profil adéquat pour la compétition continentale : un gabarit conséquent, une belle condition physique et de la combativité, voire de l’agressivité dans le jeu. On dit que l’EST ne convainc pas aux yeux de beaucoup, ce qui n’est pas totalement faux. Il faut tenir compte de bon nombre de paramètres, notamment un calendrier condensé et ses répercussions sur la santé des joueurs. Dans de telles conditions, la marge de manœuvre de tout entraîneur ( et ce n’est pas propre à Mouïne Chaâbani), est réduite. Une autre contrainte s’ajoute à tout cela : le huis clos. L’absence du public sur les gradins influe négativement sur la qualité du jeu. Il faut avoir été footballeur pour comprendre ces petits détails. Ce n’est jamais pareil. Jouer dans un stade plein ou devant des gradins vides. L’essentiel est de gagner ses matches. Cela a été toujours la marque de fabrique de l’EST, même quand elle n’est pas au meilleur de sa forme. Avec les renforts du mercato hivernal, l’EST dispose d’un effectif qui lui permet d’aller loin dans cette édition de la Ligue des champions, et même de l’emporter. Car même si l’entame de la phase des groupes n’a pas été totalement encourageante au vu des difficultés rencontrées par l’équipe au cours du premier match, il faut savoir que de tout temps, l’Espérance a su rectifier le tir au fur et à mesure que la compétition avance. Avec le temps, les nouvelles recrues prendront leurs marques, et lorsque les automatismes seront huilés, ce sera une autre Espérance, comme on l’aime d’ailleurs, que verront ses supporters à l’œuvre.   En ce qui concerne le match de demain soir, la mission des Espérantistes ne sera pas facile. La Mouloudia d’Alger cherchera à faire bonne figure puisqu’elle évoluera à domicile, outre que c’est un adversaire fort respectable. D’un autre côté, l’effectif ne s’est pas déplacé au complet à Alger. Raed Fadaâ, blessé, et Moez Ben Chérifia, convalescent, sont restés à la maison. Mais il ne faut pas craindre pour l’EST. Elle a toujours sorti son épingle du jeu même quand elle n’est pas au grand complet. Et de toute manière, les Espérantistes connaissent bien leur hôte algérois. Pour finir, si je crois en la capacité de l’EST d’aller loin en Ligue des champions, c’est grâce la richesse de son effectif, notamment dans le compartiment offensif où, désormais, la concurrence bat son plein.

Bref, l’EST a désormais de solides arguments à faire valoir, notamment sur le plan offensif, pour s’asseoir de nouveau sur le toit de l’Afrique».

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire