Il est professeur en histologie et embryologie à la faculté de médecine de Sousse, où il a encadré plusieurs travaux de recherche.

M. Ali Saâd est né en 1957 à Bennane du gouvernorat de Monastir, il a fait ses études primaires à l’école primaire de Bennane (actuellement école Salem Hemdane) et ses études secondaires au lycée 2-Mars 1934 de Ksar Hélal. Il a eu son baccalauréat mathématiques sciences en 1976. Le professeur Ali Saâd a fait ses études médicales à la Faculté de médecine de Sousse, où il a obtenu le doctorat en Médecine en 1983. Il a choisi l’histologie-embryologie  comme spécialité médicale et a fait en parallèle des études scientifiques à la Faculté des sciences de Tunis, où il a obtenu le DEA en génétique moléculaire, puis à Lyon et à Strasbourg pendant trois ans.

Ce qui lui a permis de réussir le doctorat ès-sciences à la Faculté des sciences de Lyon. Le professeur Ali Saâd a ainsi intégré dans sa formation le domaine médical et celui scientifique.  A la fin de son cursus de résidanat, il a réussi le concours d’assistanat pour un poste  à la Faculté de médecine de Sousse en 1987. Ensuite, il a été promu au grade de maître de conférences agrégé en 1991 puis au grade de professeur en 1997.

Dans le domaine hospitalier, le professeur Ali Saâd a commencé à mettre en place aussitôt en 1987 le laboratoire de cytogénétique et de biologie de la reproduction du CHU Farhat-Hached de Sousse qu’il a développé et qu’il dirige jusqu’à nos jours.  Dans ce laboratoire, le professeur Ali Saâd a développé avec son équipe les techniques de diagnostic chromosomique et moléculaire des maladies congénitales et héréditaires en période prénatale et en période post-natale chez l’enfant et chez l’adulte. Il a développé aussi les techniques de diagnostic et de caractérisation cytogénétique et moléculaire des hémopathies malignes et d’autres cancers dans le but de comprendre leur pronostic et de cibler leur traitement. Le troisième domaine, qui a été développé dans le laboratoire dirigé par le professeur Ali Saâd, est celui de la stérilité et des techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) où on peut faire le diagnostic précis des troubles de la fertilité chez les couples pour leur proposer la technique adéquate d’AMP. Dans les domaines de la formation et de la recherche, le professeur Ali Saâd  a lancé, en 2003, un laboratoire de recherche à l’hôpital Farhat-Hached qui a accueilli de nombreux médecins et doctorants des facultés de sciences et de biotechnologie qui sont maintenant recrutés au même laboratoire ou dans d’autres à Tunis, à Monastir, à Sfax, ou à l’étranger, aux Etats-Unis, au Canada, en Belgique, en France et en Arabie saoudite. Parmi eux, il y en a une doctorante  qui a obtenu un poste de chef de laboratoire de cytogénétique au Canada.

L’actuel laboratoire de cytogénétique et de biologie de la reproduction du CHU Farhat-Hached de Sousse compte actuellement 8 médecins professeurs hospitalo-universitaires qui ont aussi le doctorat ès-Sciences : une équipe très solide qui a publié plus de deux cents articles  dans des revues internationales impactées. Le défi du professeur Ali Saâd était de mettre en place et de développer ces technologies à l’hôpital Farhat-Hached de Sousse. Ce qui lui a permis d’avoir plusieurs distinctions : le Prix présidentiel de la recherche en 2006, le Prix de la fondation Sadok-Besrour d’excellence en recherche qui est une fondation au Canada, et actuellement le premier prix du médecin arabe. Cette réussite est le fruit de la persévérance et de l’amour du travail.

Le professeur Ali Saâd  remercie infiniment les professeurs qui l’ont encadré dans sa formation, les doyens de la Faculté de médecine de Sousse qui lui ont tracé le chemin, ses collaborateurs dans le laboratoire qu’il dirige en Tunisie et ailleurs dans le monde. Il remercie infiniment son personnel au laboratoire de cytogénétique et de biologie de la reproduction, ainsi que le personnel administratif de l’hôpital et tous ceux qui l’ont aidé de près ou de loin. Il dédie cette distinction à sa famille et à ses amis.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hichem BENZARTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire