En présence de professionnels arabes, africains et autres partenaires issus du reste du monde, le directeur des JCC, Nejib Ayed a évoqué trois grandes nouveautés qui marqueront la 30e édition de ce rendez-vous cinématographique annuel.
Le festival poursuit la tradition, instaurée depuis trois ans, qui consiste à recevoir quatre pays hôtes de divers continents et zones géographiques. Cette année, seront invités le Liban (Monde arabe), le Nigeria (Afrique), le Chili (Amérique latine) et le Japon (Asie).
L’édition 2019 sera marquée par le lancement d’une nouvelle section pour les films de la diaspora arabe et africaine, représentant des réalisateurs binationaux ou ceux issus de la région mais qui sont de nationalité étrangère.
L’introduction du digital et de la réalité virtuelle dans les aspects en lien avec la programmation et l’événementiel marquera aussi cette édition. A la Cité de la culture et sur l’Avenue Bourguiba, sera installé un espace pour la simplification au public du principe de la production dans la réalité virtuelle. Cette nouveauté sera mise en place en partenariat avec de jeunes Tunisiens, dans le cadre du digital laboratoire créé par le Centre national du cinéma et de l’image (Cnci) et des associations actives dans le secteur des nouvelles technologies. A partir de cette 30e édition, cette option sera ouverte aux jeunes Arabes et Africains pour montrer leurs créations.
L’autre nouveauté des JCC 2019 sera orientée vers le documentaire comme genre cinématographique prisé par les réalisateurs arabes et africains. Ainsi, l’on prévoit des ateliers qui seront destinés à créer une interconnexion entre documentaristes.
Par ailleurs, les droits des auteurs de films seront au cœur des JCC à la lumière du phénomène du piratage des films, devenu très en vogue. Le festival gardera ses compétitions habituelles. Pour le moment, la direction des JCC annonce le nombre de 12 films qui seront retenus dans chacune des sections de la compétition qui sera dédiée aux films, longs et courts métrages. Au total, 48 films de fiction et d’animation ainsi que documentaires seront retenus en compétition.
Les JCC proposent une programmation dans le cadre de «Carthage Pro» qui regroupe cinq sections. Nejib Ayed a tenu à rappeler que depuis déjà deux ans, la direction mise sur «Carthage Pro» pour le networking. Le but étant d’offrir aux jeunes réalisateurs un accompagnement spécifique et personnalisé «pour le développement de leurs projets de film», affirme le directeur des JCC.
Une conférence de presse aura lieu le 9 octobre prochain pour dévoiler le programme détaillé des JCC qui célèbrent cette année leur 30e anniversaire.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire