«Tell me who I’am »  (Dis-moi qui je suis) de Ed Perkins est un documentaire saisissant à voir sur Netflix . De par son propos captivant surtout ! Deux frères jumeaux dont l’un perd la mémoire. Ce qui ce passe est aussi beau qu’effrayant 

Alex a 18 ans lorsqu’il se réveille du coma suite à accident de moto. Parmi les personnes présentes dans sa chambre il y avait son père et sa mère qu’il ne reconnaîtra pas mais il reconnaîtra, (par un mystérieux pouvoir de la génétique) son frère jumeau Marcus. De ses 18 années passées, Alex a tout oublié, c’est son frère Marcus qui  a disposé devant lui les pièces du puzzle de sa vie, les unes après les autres. Devant des albums photo, Marcus raconte à Alex leurs vacances en France, au bord de la mer, leurs anniversaires. Pendant une dizaine d’années, celui qui a perdu la mémoire revit cette enfance heureuse, racontée à partir de papier glacé.

Le documentaire est réalisé à partir des interviews croisées des deux frères de photos et de quelques séquences de reconstitution tournées dans une maison «ressemblant» à celle dans laquelle ont grandi les jumeaux, ainsi que sur des vieilles photos puisées dans les albums de la famille. Mais c’est le propos de ce film qui nous retient par sa force et par la spontanéité de ses jumeaux, presque toujours cadrés de près par la caméra. Les deux frères nous entraînent dans le jeu de la perte de la mémoire. Au départ l’un essaie d’aider l’autre à trouver la mémoire, mais très vite on découvre un lourd secret familial .En effet  quinze ans après l’accident de moto, en vidant la maison de leurs parents décédés, les frères découvrent une étrange photo d’eux. Marcus aurait-il caché quelque chose à Alex, lui aurait-il «réinjecté» des semblants de souvenirs ? Un documentaire saisissant dans son propos et dans sa narration  et  qui  parle de notre rapport à la mémoire, peut-on  réinventer notre passé pour rendre le présent plus supportable ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Salem Trabelsi
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire