La suspension du Croissant Sportif Chebbien est la résultante d’une querelle personnelle entre Wadii El Jary et Taoufik Mkacher. Aucun d’eux n’a, à aucun moment, voulu y mettre du sien.

Depuis le 11 décembre dernier, personne n’en parle. L’affaire est passée sous silence. Pire, aux oubliettes. La dernière fois qu’on a parlé de cette affaire, c’était le 11 décembre 2020, où, suite à une réunion entre le chef du gouvernement et le président de la FTF, on a annoncé un accord entre les deux responsables pour tenir une assemblée générale des clubs pour trancher dans l’affaire du CS Chebba. Or, à ce jour, aucune date n’a été fixée pour cette « présumée » assemblée. Entre-temps, les journées du championnat se déroulent à un rythme effréné à raison d’un match tous les trois jours et même plus. On a la forte impression que la FTF s’empresse de clôturer au plus vite la saison 2020-2021 au point qu’on joue désormais tous les jours de la semaine ou presque et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est à cause du mois de Ramadan ou du fait que le calendrier de la Fifa pour l’année en cours est condensé suite aux arrêts des différentes compétitions en 2020 à cause de l’épidémie du Covid-19.

Il y a du vrai dans cela en ce qui concerne le calendrier. Soit. Mais si les intentions de Wadii El Jary envers le club de Chebba étaient dénuées de tout prétexte personnel, il aurait déjà fixé une date pour la « présumée » assemblée des clubs. Il suffit d’inclure la question à l’ordre du jour de l’une des réunions du bureau fédéral.

La phase retour a déjà commencé et rien ne dit que la FTF a l’intention de clore le dossier du CS Chebba. Depuis le mois de décembre, c’est le silence radio. Personne n’en parle et tout laisse croire qu’avec le rythme accéléré du championnat, la FTF veut mettre les dirigeants du CS Chebba devant le fait accompli, puisque c’est déjà « mort » pour cette saison. Il est impossible de réintégrer le CS Chebba en Ligue 1 durant cet exercice avec tout ce que cela implique comme programmation de matches en retard. De plus, c’est anti-sportif dans la mesure où le club n’était pas partie prenante dans la compétition depuis le début de l’année.

Désolant à plus d’un titre !

De Bizerte à Ben Guerdane en passant par Chebba, l’ascenseur social de n’importe quel responsable sportif n’intéresse personne. L’affaire du Croissant Sportif Chebbien se résume ainsi : l’égocentrisme de son président Taoufik Mkacher et le président de la FTF, Wadii El Jary, l’ont tout simplement détruit. Autre fait désolant : l’intervention du chef du gouvernement. Car s’il y a une chose qui a échappé à Hichem Mechichi, c’est que politique et sport ne font pas bon ménage, particulièrement quand on est le chef de l’exécutif d’une jeune démocratie.

Troisième fait désolant : le pourquoi et le déroulement de toute cette affaire, car le football ne doit jamais être géré au gré des humeurs des personnes.  On aimerait, enfin, clore cet article par une question adressée directement à Wadii El Jary : à quand une assemblée générale des clubs pour trancher dans l’affaire du CS Chebba ? Avant la fin de la saison en cours… on espère bien…

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire