Le Président de la  République aurait, selon les  propos du SG de l’Ugtt, Noureddine Taboubi, exigé  le départ du Chef du gouvernement comme condition sine qua non avant d’entamer un dialogue national.

Le mouvement Ennahdha et son président, Rached Ghannouchi, seraient prêts à «sacrifier»  Mechichi sur  l’autel d’un compromis avec Kaïs Saïed à condition que le dialogue soit limité à l’aspects socioéconomique. Il n’est pas question d’aborder le volet politique une fois le dialogue engagé. Pour sa part, Hichem Mechichi campe sur sa position et s’agrippe à son siège à La Kasbah.

Entre-temps, la collecte des signatures pour une  motion de censure contre le président du Parlement va bon train.

A Carthage, Saïed encaisse  les coups. Coupé de ses ministres limogés lors du remaniement opéré par Mechichi le 26 janvier dernier, sa marge de  manœuvre se réduit comme une peau de chagrin. Il n’empêche que le Président de la République ne baisse pas les bras et mène une  offensive contre  ses détracteurs. Au fur et  à mesure qu’il mène son combat tambour battant, il  est de plus en plus exposé aux campagnes de  dénigrement.

Résultats des  courses: un blocage inédit au sommet de l’Etat. Et même si de part et d’autre on essaye de se montrer fort et solide, le pays, tel un bateau ivre, continue  à naviguer à vue.

Certes, dans cette bataille à mort, le maillon le plus faible reste le Chef du gouvernement qui continue à cor et à cri à essayer de maintenir à flot ce qui reste de son gouvernement. Comme  un éléphant dans un magasin de porcelaine, il tente de marcher sur tout ce qui se dresse en travers de son chemin. Pourtant, l’heure est grave. Et si les trois personnalités qui ont la charge des plus hautes responsabilités au sommet de l’Etat se regardent en chiens de faïence sans oser franchir le Rubicon, tous les scénarios d’un film d’épouvante sont possibles. Les Tunisiens, qui broient du noir, attendent avec impatience l’issue d’un dernier round qui mettrait fin à cette sinistrose. Peu importe le vainqueur; pour eux, l’important est de mettre un terme à ce blocage.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri Ben Nessir
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire