Après plusieurs semaines de tractations, de flou, d’imprécision et même de tiraillements politiques et autres, les premières doses de vaccin contre le coronavirus ont, enfin, débarqué en Tunisie. 30 mille doses du vaccin russe Spoutnik V destinées à 15 mille personnes sont en effet arrivées, hier, à Tunis à bord d’un avion Air France.

C’est à l’aéroport Tunis-Carthage qu’un avion civil Air France a atterri, hier, chargé de ces quantités de vaccin qui seront destinées, toutes, au personnel médical. En présence du ministre de la Santé et différents autres responsables, les équipes relevant notamment de l’Institut Pasteur de Tunis ont pris en charge ces premières doses. La Tunisie met fin ainsi à une longue période de spéculation, de tiraillements et d’imprécision compte tenu de l’acquisition du vaccin contre le coronavirus, qui s’annonce nécessaire pour la relance de l’économie et de l’activité touristique et pour assurer un retour progressif à la vie normale. 

Le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi, qui a supervisé l’arrivée de ces premières doses du vaccin russe sur le territoire tunisien, a affirmé que la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus sera lancée samedi prochain, insistant sur la fiabilité de tous les vaccins que va acquérir la Tunisie.

La veille, c’est la présidence de la République qui a fait l’annonce. « Après des efforts diplomatiques déployés en permanence, des milliers de doses de vaccin seront acquises au profit du peuple tunisien», a-t-on communiqué, promettant que durant les prochaines semaines, une deuxième quantité de 500 mille doses sera acquise également au profit de 250 mille personnes, a assuré la présidence de la République dans ce communiqué.

Cette acquisition des premières doses de vaccin, annoncée pour début janvier puis pour la mi-février, a beaucoup tardé pour des raisons jusque-là inexpliquées. En effet, la Tunisie est l’un des derniers pays à l’échelle mondiale à acquérir les premières doses de vaccin, sachant que des zones de conflit comme la Libye et la Syrie, ou d’autres sous occupation comme la bande de Gaza, ont déjà acquis le vaccin.

Pourtant, la stratégie nationale de vaccination contre le coronavirus était fin prête depuis plus d’un mois. Selon le ministère de la Santé, le processus de vaccination se basera sur trois principes, à savoir «l’équité, c’est-à-dire l’identification des groupes prioritaires selon des critères scientifiques», «la prise en charge des prix du vaccin par l’État, qui sera fourni gratuitement aux Tunisiens» et «la liberté de choisir de se faire vacciner ou non».

Les catégories prioritaires

Deux cents équipes de la santé assureront la campagne de vaccination. Chaque équipe sera formée de 12 cadres paramédicaux pour effectuer 120.000 vaccins par jour à partir de la semaine prochaine. L’ordre de priorité relatif à la campagne de vaccination se présente comme suit : le personnel de la santé et les personnes âgées de plus de 75 ans, les personnes âgées entre 60 et 75 ans, les personnes âgées entre 18 et 60 ans souffrant de maladies chroniques et les professionnels dans les services de base, les forces armées, les enseignants et les employés des sociétés de transport. Les personnes en contact avec les éléments à risque et finalement le reste de la population âgée de 18-60 ans.

Les campagnes de vaccination doivent impérativement être menées dans des centres spécialisés, toujours selon la stratégie nationale de vaccination. Sauf que selon Hechmi Louzir, directeur de l’Institut Pasteur de Tunis, des équipes médicales pourraient se déplacer pour vacciner certaines catégories vulnérables.

Le 30 janvier dernier, le ministère de la Santé avait accordé une autorisation de commercialisation exceptionnelle et provisoire pour une durée d’une année sur le marché tunisien au vaccin russe Spoutnik V. Cette autorisation a été accordée après évaluation du dossier présenté de la part du laboratoire par une équipe d’experts relevant du laboratoire national de contrôle des médicaments et du centre national de pharmacovigilance ainsi que des experts en virologie, en toxicologie, immunologie et des maladies transmissibles.

Quels effets secondaires ?

Selon une étude publiée le 2 février dans la revue médicale The Lancet, le vaccin russe est efficace à plus de 91%. Contrairement aux vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna, ce vaccin n’utilise pas la technique de l’ARN messager. Il s’agit d’un vaccin à vecteur viral, c’est-à-dire qu’il utilise d’autres virus rendus inoffensifs et adaptés pour combattre la Covid-19. L’un des avantages du vaccin Spoutnik V, administré en deux doses, réside dans sa condition de conservation puisqu’il se conserve à 4 degrés.

S’agissant de ses effets secondaires, pour l’heure, peu de données sont disponibles. Toutefois, le laboratoire Gamaleya assure que son sérum a démontré un excellent profil de sécurité. «La plupart des effets indésirables (94 %) sont légers et comprennent des syndromes pseudo-grippaux, des réactions cutanées au point d’injection, des céphalées ou de l’asthénie», a-t-on expliqué.

A ce jour, 514.025 citoyens se sont inscrits sur la plateforme Evax, et se déclarent prêts à recevoir le vaccin contre la Covid-19. Un chiffre qui, pour plusieurs responsables dont le ministre de la Santé, reste en deçà des attentes.

La Tunisie, selon le ministre de la Santé, ambitionne de vacciner durant les prochains mois jusqu’à cinq millions de Tunisiens.

D’ailleurs, Hechmi Louzir a souligné que la Tunisie recevra 93.600 doses de vaccin Pfizer et environ 500 mille doses de vaccin AstraZenaca dans le cadre de l’initiative Covax ainsi que près de 30 mille doses de vaccin Spoutnik V. Evoquant le stockage des vaccins, Louzir a précisé que le ministère de la Santé a acquis cinq réfrigérateurs médicaux conçus pour la conservation et le stockage de tous types de vaccins anti-Covid-19.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Aziz

    10/03/2021 à 11:10

    C’est un crime d’accepter ce genre de vaccin russe qui n’a jamais trouvé sa certification en eureupe, avec un faux de fiabilité de moins de 60 % , son résultat n’est pas satisfaisant et même l’usine de production installée en Italie est surveillée et mise sur une liste noire par L’UE, alors ne vous laissez pas tenter

    Répondre

Laisser un commentaire