Peut-on s’étonner du scepticisme farouchement affiché et affirmé de beaucoup de gens qui, de surcroît, ne portent pas la bavette ? Comme une façon de manifester leur réticence ou leur désapprobation face à la campagne de vaccination préventive contre la maladie Covid-19… 

Pour mesurer l’impact auprès de l’opinion publique tunisienne et du degré d’incidence sur les citoyens de la gestion en matière de lutte contre la propagation du Covid-19, un sondage d’opinion devenait nécessaire. Il a été mené dans certains quartiers de l’Ariana, d’El Menzah V et VI et Ennasr notamment, sachant qu’une visite d’inspection de M.Mechichi s’est produite dans une maison de jeunes dudit gouvernorat qui jauge du degré de préparation de la campagne de vaccination qui démarre ce samedi. La principale question est la suivante : « Etes-vous inscrit sur la plate-forme E-vax ou comptez-vous le faire prochainement ?». Le moins que l’on puisse dire, c’est que dans la rue seulement une personne sur deux en moyenne porte le masque chirurgical, à croire que c’est un sujet qui scinde, là aussi, l’opinion publique tunisienne en deux, à la manière des divisons politiques actuelles qui semblent mener le pays vers deux camps extrêmement opposés. On ne serait jamais donc d’accord ? Revenons à nos moutons…

A la date du 11 mars 2021, en fin de journée, il y a 525 667 personnes inscrites pour effectuer le vaccin contre la Covid-19 d’après le  « Portail d’inscription à la campagne de vaccination contre la Covid-19 ». Ce qui est très peu pour une population estimée à douze millions d’habitants, soit pratiquement une personne sur vingt même si il faut éliminer les enfants et certaines catégories de jeunes du décompte final. Au mieux, si on arrive au stade d’une personne inscrite sur dix, le pourcentage de citoyens inscrits reste au demeurant très faible. Quelles sont les raisons derrière la réticence de nombre de citoyens?

Quel vaccin ?

Les jeunes de 20-30 ans que nous croisons chez l’épicier du coin, au café, au détour d’une boulangerie, ne sont pas inscrits sur la plateforme électronique « Evax » de leur aveu. Certains en ignorent même l’existence. De plus, ils n’ont nullement l’intention de le faire car ils pensent, à tort sans doute, être immunisés contre le virus Sars-Cov-2. Une dame d’âge avancé portant la bavette, les bras chargés de sacs de pains au sortir d’une boulangerie, affirme être inscrite mais elle n’aurait pas l’intention de se faire vacciner. Elle raconte son amertume et son découragement : « J’ai beaucoup de maladies chroniques. Je suis cardiaque et j’ai un taux de cholestérol élevé. Je risque plutôt de ne pas me faire vacciner par crainte des effets secondaires ». Pourtant, les autorités sanitaires assurent que les effets secondaires sont généralement connus et pris en compte dans la vaccination du patient atteint d’une pathologie. Un citoyen cinquantenaire fait la grise mine et affirme ne pas vouloir entendre parler du vaccin! Une personne seulement sur deux porte la bavette ce qui démontre à lui seul le désintérêt d’une frange de la population sur la question de la lutte contre la Covid-19. Un autre citoyen dénommé Jalel, adossé à la portière de son auto, affiche une moue dubitative. Il donne son avis : «  Même si je porte la bavette pour respecter le protocole sanitaire et me prémunir du risque de contamination, l’idée de me faire vacciner ne me vient pas à l’esprit. Pour la simple raison que je n’ai ressenti aucun symptôme parmi ceux décrits depuis un an. Je préfère attendre et voir comment les choses vont évoluer avant de me faire vacciner». En contrebas d’une rue commerciale à El Menzah V, un homme sans masque chirurgical se montre totalement sceptique au sujet du vaccin anti-Covid-19 à cause du trop plein d’informations qui circulent à son sujet mais également à cause du flou autour de ce qui entre généralement comme produits de l’étranger en Tunisie. Un manque de confiance sur la nature ou la degré de fiabilité du vaccin qui peut lui être administré qui en dit long…Ils sont nombreux, en effet, à ne pas vouloir prendre le risque de se faire vacciner  préférant plutôt prendre du recul par rapport à la campagne afin de s’assurer du caractère inoffensif du vaccin anti Covid-19. Schématiquement, on peut estimer que toutes les personnes qui ne portent pas la bavette ne comptent pas se faire vacciner. A la nouvelle Ariana, Seifeddine, jeune de vingt-sept ans, la bavette rabaissée sur son menton surprend dans son raisonnement : « Non je ne veux pas me faire vacciner car je suis jeune et je pense que mon organisme peut se défendre naturellement en cas de contamination par le coronavirus. D’autres catégories sont prioritaires». Justement ce sont des groupes prioritaires qui seront vaccinés lors de la première campagne de vaccination tous azimuts qui démarrera  aujourd’hui samedi 13 mars  dans différents gouvernorats. En attendant le scepticisme d’une majorité de la population qui refuse d’admettre l’efficacité du vaccin anti-covid-19 d’autant plus que l’heure n’est plus à la réflexion surprend.

Sur la page d’accueil du portail evax.tn, on apprend que cette plateforme est le résultat d’un travail et d’un engagement patriotique commun des équipes du CNI, Isie, Cims, Ansi,  des opérateurs des télécommunications, du ministère de la Santé et du  ministère des Technologies de la communication. Pour ceux qui ne le savent pas encore, il suffit de composer *2021# sur son téléphone portable et de suivre les instructions étape par étape avant de recevoir un numéro d’enregistrement en quelques minutes. Toutefois, en appliquant les consignes, de nombreux usagers se sont plaints d’erreurs…D’où le recours préférable au portail électronique « evax.tn ». 

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire