Tout pays veut s’armer non pas pour attaquer son voisin, mais pour se défendre des éventuelles agressions. C’est aussi le cas pour l’économie. Tous les pays du monde ont besoin de s’armer en unités de production performantes pour se protéger contre le dumping, le commerce parallèle qui ne cesse de se développer et l’inondation du marché local par des produits provenant d’ailleurs. La Tunisie a beaucoup à faire pour s’équiper en armes de défense de son économie. Elle est appelée en premier lieu de jeter les bases de la protection de son industrie en renforçant la transition des marchandises diverses à travers ses frontières terrestres. Les agents de la Douane Doivent être déployés sur toute la ligne frontalière afin de mettre fin à l’entrée illégale des produits qui ont leur similaire fabriqué localement. En fait, certains pays n’ont d’autres objectifs que de «massacrer» le tissu industriel d’un pays donné en injectant des produits à prix abordables. Tous les moyens de détournement sont utilisés, y compris la contrefaçon et les imitations des marques célèbres pour détruire l’industrie locale. Sans ces moyens de défense, on peut s’attendre au pire. 

Le circuit parallèle complète cette physionomie désagréable. Notre pays vit depuis des années, déjà, avec ce marché anarchique où l’on vend des produits divers. Les consommateurs, au pouvoir d’achat restreint, n’ont d’autres choix que de recourir à ce marché pour s’approvisionner en ces produits de consommation courante au détriment d’une industrie qui a subi les affres d’une concurrence déloyale.  L’une des causes de la destruction des Ateliers mécaniques du Sahel, à titre d’exemple, est cette concurrence inégale due à l’entrée de produits imités des pays asiatiques. Cet état de fait a été rendu possible car la Tunisie n’a pas assez d’armes pour défendre son industrie contre les invasions étrangères. Pour les prochaines années, la situation risque de devenir encore pire si des dispositions ne sont pas prises à temps pour éviter la propagation du chaos économique. Il est nécessaire, en effet, de rationaliser les importations des produits qui ont leur similaire fabriqué localement et surtout couper l’herbe devant ces importateurs illégaux qui utilisent tous les moyens en leur possession pour faire entrer ces produits de contrebande en Tunisie. Il est nécessaire de compter désormais sur nos propres ressources et nos produits de fabrication locale pour satisfaire les besoins des consommateurs, d’autant plus que nos produits ont atteint un niveau de perfection acceptable. Tous les pays commencent à limiter les importations dans le but de protéger leur industrie et préserver leurs mains-d’œuvre. La Tunisie doit, elle aussi, donner la priorité à son industrie qui passe, depuis quelque temps, par une crise aiguë due au Covid-19 et au dumping contre lequel une loi est en vigueur.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire