« La situation politique et constitutionnelle est navrante et le pays a besoin d’une réelle volonté politique pour sortir de la crise », a affirmé samedi le président de la République Kaïs Saïed, lors de sa rencontre avec des membres de la communauté tunisienne en Égypte.

« La Tunisie a de grands potentiels qui lui permettraient d’accomplir des miracles », a-t-il lancé, critiquant toutefois « l’absence de vraies intentions de sauver le pays en dépit des capacités et compétences humaines dont il regorge ».

Le Chef de l’État a fait remarquer que « les obstacles sont internes » et qu’il  » assumera la responsabilité de trouver une solution malgré les divers complots et manœuvres qui ne font qu’aggraver la situation et accroître la pauvreté dans le pays « .
Il a, dans ce sens, regretté que la Tunisie soit passée « du parti unique au lobby unique », d’autant plus, a-t-il rappelé, que « le président de la République est élu par le peuple, et que le régime et le gouvernement sont censés représenter la majorité ».

Évoquant la jeunesse, le président Saïed a affirmé qu’il s’agit « d’une énergie gaspillée », puisqu’elle « ne dispose pas des mécanismes juridiques lui permettant d’exprimer son potentiel ».

Il a appelé à servir le pays avec « responsabilité » et selon une approche qui corresponde aux spécificités de la nouvelle phase historique que vît la Tunisie « et qui exige que l’on change plusieurs concepts ancrés et désormais révolus ».

Par ailleurs, le président de la République a qualifié les relations tuniso-égyptiennes d’excellentes « tant au niveau idéologique que juridique », soulignant que « les intérêts des deux pays sont les mêmes ».

En marge de sa visite officielle en Égypte, Kaïs Saïed s’est rendu samedi après-midi à la mosquée « al-Hussein » et les souks de « Khan al-Khalili », cœur battant de la vie sociale et culturelle cairote, avant de se rendre au siège de l’ambassade de Tunisie où il a reçu les membres de la communauté tunisienne.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Bohéne

    12/04/2021 à 07:55

    « Une volonté politique » et K.S. ne peut faire qu’une volonté scientifique ou gastronomique ?

    Répondre

  2. Léon Min Joundi Tounis Al Awfiya

    12/04/2021 à 08:14

    Il n’y a qu’une solution qui permettra au pays de redémarrer. Cette solution aura pour conséquence directe le choix souverain du Peuple, choix qui ne sera alors pas biaisé par les propagandes mensongères qu’on lui impose depuis Janvier 2011.
    Cette solution est dans la main des quelques rares initiés et des rares mis au secret des évènement de 2011. Il suffit qu’ils disent au Peuple ce qui s’est vraiment passé afin que ce dernier comprenne l’ampleur de la manipulation dont il fut l’objet. Il adoptera alors le profil de toute personne bernée et se mettra au travail pour aspirer faire (ou refaire) partie des peuples que l’on respecte. Il ne se prendra pas pour ce qui lui fut chanté par le monde entier, à savoir qu’il s’agit d’un grand Peuple, fable digne du « corbeau et du renard ».
    Jamais le jasmin, même celui « frelaté » des lendemains de soirées estivales, n’a autant pué que celui de la révolution; ou disons plutôt de la « colonisation 2.0 ». Je n’ai cessé de le dire à de prétendus « intellectuels », et ce, depuis le 14 janvier. Et je ne cesserai de le répéter, en Vrai Soldat du pays à qui je serai à jamais reconnaissant, jusqu’à mon dernier souffle.
    Afin que Mon Pays ne soit plus Jamais trahi.

    Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
    Résistant.

    VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

    Répondre

Laisser un commentaire