Deux navires seront mis à la disposition des autorités tunisiennes pour renforcer les moyens logistiques et contrôler dans le large les embarcations fautives, dans le cadre d’un plan national de lutte contre la pêche illégale. 

Dans le cadre du renforcement des capacités de l’Etat tunisien dans la lutte contre la pêche anarchique et la protection des ressources halieutiques, M. Mohamed Fadhel Kraiem, ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche par intérim, a présidé, en présence du représentant résident de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), M. Shunei Shinohara, la cérémonie signature d’une convention pour l’octroi d’un don, entre le gouvernement tunisien représenté par la direction générale de la pêche et l’aquaculture, et le Japon, représenté par la Jica, et ce, dans le cadre du projet de fabrication de deux navires pour le contrôle de la pêche anarchique, d’une longueur de 27 mètres et d’un coût de 33 millions de dinars.

La cérémonie de signature a vu la présence de la cheffe de cabinet, du directeur général de la pêche et de l’aquaculture ainsi que du  représentant du ministère des Affaires étrangères, de l’Emigration et des Tunisiens à l’étranger et  de cadres du ministère de l’Agriculture et de la Jica.

Lutte contre la pêche illégale

Ces deux navires vont permettre de renforcer les moyens logistiques, en vue de contrôler dans le large les embarcations fautives dans le cadre d’un plan national de lutte contre la pêche illégale. Ledit projet va permettre également de concrétiser l’objectif 14 des objectifs du développement durable, qui vise à protéger l’environnement marin des effets de la pollution et du changement climatique sur les océans, en réponse aux exigences nationales et internationales.

A cette occasion, M. Kraiem a souligné que  notre pays accorde une importance capitale à la pêche et aux travailleurs dans ce secteur, vu sa place stratégique dans la réalisation de la sécurité alimentaire et le renforcement de l’économie nationale. Il a rappelé que la Tunisie a démarré l’élaboration des composantes d’une stratégie de développement de l’économie bleue, dans le cadre d’un programme élargi  qui sera l’un des appuis durables pour le développement global dans le pays à la faveur d’une feuille de route visant à développer la pêche et lui permettre de contribuer efficacement à la PIB.

Dans ce cadre, le ministre a mis en exergue la coopération bilatérale entre la Tunisie et le Japon, appelant à redoubler d’effort  en vue d’atténuer les dangers environnementaux qui menacent la Méditerranée et qui proviennent notamment de la pollution et du changement climatique, en plus de l’épuisement effréné des richesses halieutiques, ce qui a des répercussions négatives sur l’écosystème marin. A noter que  la signature de ladite convention est intervenue après une série de séances de travail tenues en 2019 au cours desquelles une étude technique a été élaborée en vue d’obtenir un don japonais au profit du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, en vue de fabriquer deux navires destinés au contrôle de la pêche. Et après l’approbation du gouvernement japonais de financer ce projet et l’échange des lettres le 9 décembre 2020, un décret gouvernemental n°60, en date du 13 janvier 2021 relatif à l’échange de lettres pour bénéficier du don, a été promulgué.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire