Des actions de solidarité et d’entraide seront organisées dans toutes les délégations du gouvernorat de Kairouan.

Durant les jours qui précèdent l’Aïd El Fitr, dont la dimension religieuse et sociale est très importante, la plupart des familles s’activent à préparer les gâteaux de l’Aïd, chacun selon son budget dont le fameux makroudh à la pâte de dattes, la succulente baklawa aux pistaches, la samsa aux amandes, les boulettes noisettes, les kaâk anbar ainsi que les ghraïbas au sorgho, au pois-chiche ou à la farine.

Cependant, quelques jeunes mariées jettent leur dévolu sur la belle-mère qui accepte de les assister  pour accomplir cette tâche séculaire.

D’autres, débordées, préfèrent s’approvisionner en gâteaux auprès des différentes  pâtisseries.

Notons dans ce contexte qu’une jeune diplômée du supérieur a eu l’idée de suivre une formation qui lui a permis de préparer différents types de gâteaux traditionnels sans gluten pour ceux qui souffrent de maladies du tube digestif. Par ailleurs, des actions de solidarité et d’entraide seront organisées dans toutes les délégations du gouvernorat de Kairouan.

Ainsi, les responsables régionaux et les différentes associations ont distribué des produits alimentaires, des vêtements neufs et des jouets aux familles démunies afin qu’elles puissent fêter l’Aïd dans de bonnes conditions.

En outre, beaucoup de mères de familles rendront visite, la nuit du destin, aux fiancées de leurs fils pour leur offrir le moussem.

Et des cérémonies de circoncision gratuite vont avoir lieu au mausolée Sidi Sahbi mais sans trop de rassemblement festif à cause de la pandémie de la Covid-19.

A part cela, un nombre limité de citoyens pourront assister, la nuit du destin, à la grande mosquée Okba, à une conférence théologique suivie par des chants liturgiques.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire