• Confinement général du 9 au 16 mai

• Couvre-feu de 19h00 jusqu’à 5h00 du matin

• Interdiction des déplacements entre les gouvernorats

• Suspension des manifestations culturelles et sportives et interdiction des rassemblements

• Fermeture des lieux de culte, des marchés quotidiens, hebdomadaires et des hypermarchés


Les décisions tant attendues sont tombées. Au vu de la situation épidémiologique, il fallait agir, mais pour certains, il est trop tard. Face à la forte vague de contamination au coronavirus et au rythme accéléré des décès et des hospitalisations, le Chef du gouvernement Hichem Mechichi a annoncé un confinement général à partir de demain, dimanche, à minuit jusqu’au 16 mai.

Lors d’une conférence de presse tenue hier à la Kasbah, la porte-parole du gouvernement, Hasna Ben Slimane, a annoncé qu’un couvre-feu sera observé de 19h jusqu’à 5h du matin du 9 au 16 mai. Il a également été décidé d’interdire les déplacements entre les gouvernorats sauf pour les cas urgents, de suspendre les manifestations culturelles et sportives et ainsi que les rassemblements, de fermer les lieux de culte et tous les marchés quotidiens et hebdomadaires, les hypermarchés et de ne maintenir ouverts que les espaces qui assurent la vente des produits alimentaires de base.

Il est également question de continuer d’appliquer toutes les mesures préventives et le confinement obligatoire sur les personnes arrivées de l’étranger et de durcir le contrôle de l’application des mesures préventives en sanctionnant tous les contrevenants.

Pour le Chef du gouvernement «ces mesures interviennent dans l’objectif de préserver la santé des Tunisiens et limiter la propagation du virus, notamment en cette période marquée par la hausse du nombre de contaminations et de décès, rappelant que seulement 20% des Tunisiens respectent le port obligatoire du masque».

Par ailleurs, le Chef du gouvernement a appelé les Tunisiens à s’inscrire sur la plateforme nationale de vaccination Evax.tn, signalant que la Tunisie a toujours été un modèle à suivre dans les campagnes de vaccination. Cependant, il a mis en garde contre l’effondrement du système hospitalier, notant que «les médecins sont au bord de la dépression».

S’agissant des moyens de transport, Moez Chakchouk, ministre du Transport et de la Logistique, a assuré que durant le confinement général d’une semaine, un service minimum de transport sera assuré entre les gouvernorats et au sein des villes pour les personnes non concernées par les restrictions. Le trafic aérien ne sera pas affecté par ces mesures, a-t-il ajouté.

On annonce également qu’un service de demande d’autorisation de circulation sera mis en ligne pour les personnes non concernées par ces mesures. Il s’agit des travailleurs des secteurs de la santé, de la sécurité, de l’alimentation, des communications, de l’information et du transport.

 Quelle efficacité ?

Au fait, la Tunisie a déjà pris ce genre de mesures qui renvoient à ce qu’on appelle un pont-finement dans une tentative de contenir l’épidémie. Il s’agit d’exploiter les jours fériés pour limiter les déplacements et les rassemblements des citoyens en vue de casser la courbe de contamination, comme cela a été le cas le 20 mars dernier.

Les différents médecins et spécialistes s’accordent sur le constat. La Tunisie est au pire moment de la pandémie alors que le rythme des décès et des contaminations poursuit son accélération, une situation extrêmement grave au vu de l’incapacité du système hospitalier à faire face à la dégradation de tous les indicateurs épidémiologiques.

D’ailleurs, plusieurs médecins et notamment des épidémiologistes avaient appelé à maintes reprises à observer un confinement d’au moins une semaine pour contenir la propagation du coronavirus et notamment celle de la souche britannique qui semble hors de contrôle.  

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Fares Ben Abdallah

    09/05/2021 à 08:52

    Méchichi n’a qu’à créer une nouvelle prière qui peut l’appeler prière de la guérison , inviter les khouanjia avec le grand gourou à leur tête pour la prier à Kairouan par exemple et voilà le tour est joué. Ça a bien fonctionné avec la pluie pourquoi pas contre le covid.

    Répondre

  2. Abidi

    09/05/2021 à 09:56

    Bonjour se sont des décisions hâtives sans aucune réelle répercussion sur la situation épidémiologique et qui ne seront jamais respectés vu qu’ils n’ont aucune relation avec la réalité de nôtre vie quotidienne se sont de simples décisions politiques et par l’occasion mr le chef du gouvernement quand vous prenez de telles décisions evitez de mentionner la fermeture des lieux de cultes car on sait tous d’avance que les mosquées seront automatiquement fermées c’est devenu un culte en Tunisie de fermer ce lieu de culte pour un rien et pour tout et merci

    Répondre

Laisser un commentaire