Nous sommes en pleine vague de l’épidémie de Covid-19, qui dure depuis maintenant plus de quatorze mois. Une période qui a été très dure pour les citoyens, dont plus de trois cent mille ont contracté ce malin virus. On déplore aussi la perte de plus de onze mille personnes. Beaucoup de peine et d’épreuves, mais aussi autant d’angoisse, de sacrifices. 

On peut dire qu’on a vécu avec le virus sans pour autant crier victoire car il sévit vigoureusement au moment où on commence à observer une forme de relâchement. Il nous rappelle sournoisement qu’il est encore là et qu’il peut frapper à tout moment. Il revient à la charge avec de nouveaux variants, il est plus contagieux, mais aussi plus meurtrier. Certes, nous avons, durant la période écoulée, depuis l’apparition de la première contamination en Tunisie, résisté et appris, mais nous devons encore tenir. Car encore une fois, nous sommes obligés de nous confiner pour briser la courbe des contaminations et sauver des vies, mais aussi pour alléger la pression sur le corps médical en première ligne. N’oublions pas que les blouses blanches sont, depuis mars 2020, au front. Sans relâche. C’est aussi une occasion pour relancer massivement la vaccination contre le Covid.

Cependant, le confinement est une restriction de certaines libertés citoyennes qui génère beaucoup de lassitude, de fatigue, mais aussi de l’énervement et de l’emportement.  Car on aurait pu faire mieux et éviter ce calvaire.  Mais ce sacrifice  nous offrira par la suite de précieux jours de liberté qui permettront à la vie de retrouver son rythme habituel et à des centaines de milliers de travailleurs de garder la tête hors de l’eau. En effet, face au spectre de la mort, nous n’avons pas beaucoup de choix : nous confiner et nous vacciner. C’est ainsi qu’on prendra le contrôle de l’épidémie. C’est en étant unis et déterminés que nous tiendrons et vaincrons le virus. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri Ben Nessir
  • Quand l’Ugtt se rebiffe

    FINALEMENT, les syndicalistes ont décidé, à travers leur commission administrative nationa…
  • L’échec d’un modèle !

    La crise politique aiguë que le pays traverse n’est que le reflet des dysfonctionnements d…
  • Epuisement démocratique

    AU service des ambitions politiques depuis 2011, la démocratie se porte mal en Tunisie. En…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire