À ce jour, la Tunisie n’a pas présenté une demande pour bénéficier du cadre commun du traitement de la dette des pays pauvres touchés par le Covid-19, mis en place entre le G20 et le Club de Paris, a déclaré, vendredi, le conseiller Afrique du président français, Emmanuel Macron, Franck Paris.

« Il s’agit d’un processus volontaire dans la mesure où les pays qui peuvent bénéficier de ce cadre sont ceux qui en font la demande », a-t-il précisé dans une déclaration accordée à l’agence TAP, lors d’un briefing à distance, consacré vendredi, au sommet sur le Financement des économies africaines qui se tiendra le 18 mai, à Paris.

D’après lui, certains pays peuvent solliciter une restructuration ou un allégement de leurs dettes à défaut d’une annulation, faisant observer que seuls trois pays africains à savoir le Tchad, la Zambie et l’Ethiopie ont formulé jusque-là, une demande pour bénéficier de ce mécanisme.

« Le président Macron s’est engagé depuis le début de la pandémie à faire un geste de solidarité à l’égard du continent africain lourdement impacté par la pandémie et nous avons réussi à concrétiser cet engagement puis nous avons pu parvenir à ce cadre commun » s’est-il félicité.

Le 13 novembre 2020, les pays du G 20 avaient annoncé un « cadre commun » sur une restructuration de la dette des pays pauvres qui se fera « au cas par cas », afin de les aider à faire face aux risques d’insolvabilité suite au ralentissement économique due à la pandémie.

La Tunisie sera représentée au Sommet sur le Financement des économies africaines, par le président de la République, Kaïs Saïed qui effectue une visite officielle en France, les 17 et 18 mai 2021.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire