M. Moez Chakchouk, ministre du Transport et de la Logistique, a participé, lundi 24 mai, à une séance d’audition à la commission de réforme administrative, de la gouvernance rationnelle, de la lutte contre la corruption et de contrôle financier relevant de l’Assemblée des représentants du peuple.

Le ministre du Transport et de la Logistique, M. Moez Chakchouk, a répondu aux questions axées sur la visite effectuée par un nombre de députés au port de Radès en date du 22 mars ainsi que sur les ports commerciaux tunisiens. Le ministre a indiqué à cette occasion que la réforme opérée au niveau du port de Radès bénéficie de la priorité absolue, vu son caractère vital dans les transactions commerciales.

Il est à signaler que ce port souffre de certaines difficultés identifiées minutieusement. Selon les statistiques de 2020, 53% de l’activité des conteneurs passent par ce port et le volume total des échanges commerciaux a atteint 5,9 millions de tonnes, soit 22% de l’ensemble de l’activité commerciale dans les ports. Et d’ajouter que des projets ont été attribués à ce port pour consolider son infrastructure de base et promouvoir ses prestations. Ces projets entrent dans le cadre de la stratégie nationale de développement des ports qui va permettre d’éviter le coût supplémentaire de transition des marchandises.

Extension du port de Radès

Il s’agit aussi de conférer à ce service public le rendement nécessaire conformément aux normes de sécurité et de santé professionnelle en vigueur au niveau mondial. Le ministre a appelé les parties prenantes à revoir la situation de ce port d’une façon globale en tenant compte la création de la zone logistique. Présentant les composantes du projet de développement de l’infrastructure de base du port de Radès en vue de promouvoir son rendement, le ministre a indiqué que l’extension du port va être financée dans le cadre d’un don du programme de coopération technique et financière du défi du millénaire (MCC) avec un coût total de 324 millions de dollars.

C’est l’un des grands projets programmés dans le secteur du transport et qui consiste notamment à réaliser deux quais (n°8 et 9) sur une profondeur de 11 mètres en vue d’accueillir de grands navires et assurer la liaison entre la zone logistique et les routes. Il s’agit aussi de consolider le transport ferroviaire des conteneurs et de simplifier les procédures, tout en assurant l’encadrement technique et le financement des programmes de formation des ressources humaines et en renforçant la santé et la sécurité professionnelle et environnementale.

En outre, un projet de construction d’une station de produits durs alimentaires est prévu dans le cadre d’une offre volontaire. Des dispositions ont été prises en vue de remédier aux difficultés constatées et qui concernent l’infrastructure de base au port de Radès.

Deux stations à part

Il est question d’améliorer la rotation des marchandises au port en démolissant les entrepôts se trouvant dans les terrasses portuaires et en séparant le mouvement des conteneurs de celui des traîneaux à travers la réalisation de deux stations séparées, à savoir T1 pour le mouvement des traîneaux et T2 pour les conteneurs. Il sera possible ainsi d’améliorer le rendement d’acconage et de favoriser la coordination avec les propriétaires des marchandises et la Société nationale des chemins de fer tunisiens dans le cadre de conventions de transport.

S’agissant de la bonne exploitation du port, le ministre a précisé que des dispositions ont été prises en vue de sensibiliser les importateurs sur la nécessité d’enlever les conteneurs et les traîneaux dans les meilleurs délais et d’assurer la coordination avec les services de la douane en vue d’accélérer le rythme des marchandises déposées pendant une longue période. Des espaces hors du port seront aménagés en vue de déposer ces marchandises.

Des dispositions sont prises pour liquider ces marchandises et diminuer le délai du contrôle technique. On va revoir, de même, les dispositions d’importation de certains produits. Par ailleurs, le projet d’installation du système de gestion automatique des conteneurs et des traîneaux (TOS) constitue l’un des importants projets du transport intelligent mis en place par le ministère du Transport et de la Logistique. Le ministre a indiqué que ce système a été installé et son exploitation entrera en vigueur, avec toutes ses composantes, au cours du mois de juin prochain après le parachèvement des dispositions relatives notamment à l’exploitation et la méthode de travail en plus de la réadaptation des ressources humaines.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire