La vision sombre d’une Tunisie post-révolutionnaire, mise en scène sur le théâtre d’El Hamra par Moez Mrabet repasse toujours au même endroit pendant trois rendez-vous ramadanesques. « Blood Moon », cette dernière création,  oscille entre espoir, désenchantement, rêves brisés et craintes. Un cri d’alerte à peine perceptible…

Une scène, un voile transparent, deux femmes perplexes dans une atmosphère qui s’annonce anxiogène. Dès le départ, « Blood Moon » plonge le spectateur dans un univers chaotique où deux femmes sont en fuite, tentent de survivre. Elles fuient un monstre invisible, qui peut les happer à tout moment.  Elles tentent inlassablement d’esquiver un vécu devenu hostile. Le texte de la pièce, écrit par Besma El Euchi, également comédienne aux cotés de Mariem Sayeh, raconte les 8 années qui ont suivi la révolution tunisienne et les aléas endurées par le peuple.

L’échange entre les deux actrices relate un fait divers fictif : le meurtre sur la place publique d’une poétesse suivi d’une errance initiatique, truffée de questionnements restés sans réponses suite à cet assassinat, révélateur d’un chamboulement social profond, d’un quotidien devenu invivable, suffocant. Les deux protagonistes font face à des monstres invisibles, briseurs de rêves, d’espoir, de libertés et se noient  dans les interrogations.

Cette production du théâtre el Hamra réunie Basma El Euchi, Mariem Sayeh et Moez Mrabet, réunis ensemble, tous les trois, pour la première fois atour d’une création théâtrale. L’écriture éclatée de Besma est à l’image du résultat final sur scène : une création abstraite, chimérique qui s’en prend à des forces obscures déterminées à dérober l’avenir d’une nation broyée de plus en plus par les déceptions.

6 mois de préparatifs ont été nécessaires à la genèse de cette création rudement tenue par l’interprétation des deux actrices et l’assistance technique d’Ahmed Makhlouf à la vidéo, Sabri Atrous à l’éclairage et la bande son réalisé par Zain Abdelkafi.

Cette  pleine – lune sanglante a duré 3 nuits durant à El Hamra laissant perplexe le public, voué à différentes interprétations.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire