Un but de Cherif en seconde mi-temps a suffi à un Ahly plus sobre après la reprise. L’EST était bloquée. Rendez-vous samedi prochain.


Une heure de retard sur l’horaire prévu, c’est le contretemps majeur de ce match tant attendu : des scènes de violence de la part du public de l’EST (du virage) et les forces de l’ordre qui ont réagi avec le gaz lacrymogène au moment où les joueurs d’Al Ahly s’échauffaient. Le jeu n’a pu commencer qu’une heure plus tard, le temps que le calme revienne et que les forces de l’ordre calment la situation. C’est un triste spectacle qui a déstabilisé tous les joueurs, sur les nerfs quoi qu’on en dise. Une première mi-temps fade, triste et pas à la hauteur des deux équipes et leur potentiel. Les deux blocs étaient resserrés, les espaces réduits même si à la fin de la mi-temps, les intervalles ont été plus visibles des deux côtés. L’EST a été légèrement meilleure et plus consistante avec deux actions dangereuses : El Houni s’infiltre à gauche et passe en retrait mais Banoun intervient, et puis à la 34’ quand Ben Romdhane efface Achraf mais Chennaoui sort et sauve avec beaucoup de tact. Du côté ahlaoui, Tahar se trouve face à Ben Chrifia ( 16’) mais son tir est capté. Un but a été refusé à Cherif (30’) pour hors jeu. Sinon, des jambes lourdes et beaucoup de trac.

La facilité des Ahlaouis

La fatigue et la chaleur ont fait que les joueurs cèdent et offrent des espaces. A ce jeu , Al Ahly a trouvé son registre avec Djeng en état de grâce et plus tard Afcha qui a donné la profondeur à l’attaque d’Al Ahly. Nos joueurs ont cédé trop, Benguit et Ben Romdhane étaient dominés par les milieux égyptiens qui ont excellé dans les passes à ras de terre. L’action du but de Cherif, qui a déjoué la ligne de l’EST, en est la preuve. La balle a circulé échoué sur Djeng qui a fait un superbe slalom et servi Cherif qui n’a trouvé aucune peine pour marquer sur deux temps (67’). Ce but a été fatal pour Chaabani qui a joué les cartes Bedri (diminué physiquement), Ben Khelifa et Derbali sans réussite. Le verrou d’Al Ahly était si fort, pas d’actions dangereuses qui ont dérangé Chennaoui (quel calme !). On sentait cette différence de métier à l’entrejeu surtout. La possession des joueurs de Moussimani a fait la différence sur ce match. Ça s’est vu en seconde mi temps sans doute. Les atouts de l’EST, notamment Houni et Ben Romdhane, étaient bloqués, on avait l’impression que l’EST n’avait plus de solutions pour revenir au score. Défaite amère, mais logique. Rien n’est perdu même si ça va être difficile samedi prochain au Caire.

EST

Ben Chrifia, Negguez (Derbali), Chetti, Yaakoubi, Badrane, Coulibaly, Benguit (Ben Khelifa), Ben Romdhane, Houni, Togui, Bassit (Bedri)

Al Ahly

Chennaoui, Taoufik, Maaloul, Banoun, Achraf (Rabiaa), Soulaia, Djeng, Fethi-Tahar (Chahat), Cherif (Bwalia), Mohsen (Afcha)

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire