La suppression du régime des autorisations sur une vingtaine de secteurs et activités économiques et autres est une bonne décision, bien qu’elle soit tardive. Dans des domaines souvent accaparés par certains, il est possible aujourd’hui de s’installer et de lever une barrière à l’entrée de nature institutionnelle. On a longtemps découragé  maints investisseurs à rentrer dans certaines activités et à mettre plus de concurrence et éviter donc le monopole ou les ententes monopolistiques de quelques opérateurs puissants. Maintenant, pour nos investisseurs et pour les investisseurs étrangers (sous l’impulsion de l’OMC), le marché est donc accessible. C’est par la bonne offre et la qualité des services qu’on pourra se protéger et non par des textes obsolètes qui ont encouragé la corruption et la bureaucratie des années durant. On a enfin compris du côté du gouvernement que rien ne vaut la concurrence, l’initiative libre, la levée des barrières fantoches pour décharger l’Etat et dynamiser la croissance. Un organisateur de tournois sportifs ou d’événements culturels ou un opérateur dans la grande distribution n’aura plus besoin de passer par un tas de mesures et d’avoir cette fameuse autorisation qui demande quelquefois de passer par des pratiques corrompues.

L’explication à cette mesure «révolutionnaire» ?  D’abord, les diktats des bailleurs de fonds étrangers qui veulent avoir accès plus facilement au marché tunisien, et deuxième explication, l’impuissance économique de l’Etat qui souffre de fragilité et de contre-performances.  Revers de la médaille, la suppression de l’autorisation et l’instauration d’un cahier des charges ne veulent pas dire qu’on peut tout faire sur le marché. C’est là où il faut faire attention, et aller vers plus de suivi et de contrôle pour éviter de nuire aux consommateurs et de dépasser la loi et les textes. S’installer librement doit se faire dans les règles de l’art : de la tarification au service après-vente en passant par l’organisation du travail et le respect des normes en vigueur. C’est une aubaine surtout pour nos jeunes investisseurs et entrepreneurs souvent accablés par cette fameuse autorisation. Ils ont maintenant le champ libre dans plus de vingt-cinq activités. Jouez le jeu, créez de la valeur ajoutée, apprenez et faites apprendre, gagnez et faites gagner !

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire