Jean-François Limantour *

Belle performance des trois grands fournisseurs méditerranéens d’habillement sur les marchés européens : leurs exportations des quatre premiers mois ont progressé de 17 % par rapport à la même période de 2020. La Turquie, solidement accrochée à la troisième place derrière la Chine et le Bangladesh, voit ses ventes d’habillement croître de 17% à fin avril. La Turquie a certes une puissante industrie textile-habillement mais cet excellent résultat a aussi pour cause la forte dépréciation de sa monnaie, ce qui dope ses exportations. Le 20 juin 2021, la livre turque était proche de son plus bas historique, ne valant plus que 10 centimes d’euro contre 13 centimes le 20 juin 2020 et 30 centimes il y a 5 ans !!

Le Maroc est remonté au 7ème rang des fournisseurs d’habillement de l’UE, avec une progression de 23%, meilleur taux de croissance parmi des 12 premiers d’entre eux. Le Maroc était le 9e fournisseur en 2020. Cette très belle performance doit cependant être nuancée car elle s’apprécie par rapport à une référence très basse enregistrée en pleine crise du covid, l’année dernière. La Tunisie a elle aussi gagné des places en revenant au 9e rang ; elle était 10e en 2020. Ses ventes d’habillement vers l’UE ont progressé de 14%.

Problèmes de transport maritime

Les entreprises tunisiennes font preuve d’une belle résilience et d’une grande aptitude à rebondir après avoir connu une situation difficile en 2020 à cause du covid et ceci, dans un environnement politique international complexe et inadéquat. Cette forte poussée des pays méditerranéens illustre-t-elle une nouvelle orientation géostratégique du sourcing européen en faveur des fournisseurs de proximité ? Il est trop tôt pour l’affirmer d’autant que les importations en provenance d’Asie ont été en partie impactées par les problèmes de transport maritime.

Mais cette belle poussée de la Méditerranée (+17%) suggère qu’un mouvement de «relocalisation» de l’Asie vers l’Euromed est peut-être être engagé. Du côté de l’Asie, les performances sont très contrastées : La Chine progresse de 5% et gagne donc de nouvelles parts de marché. Parmi les grands fournisseurs asiatiques, la Chine est certainement le pays qui a le mieux tiré son épingle du jeu dans ce contexte épidémique mondial détestable.

L’Inde, le Vietnam et le Pakistan enregistrent une très faible croissance de leurs exportations vers l’Europe. Pour l’instant, le Vietnam ne semble pas bénéficier de la mise en œuvre de son accord de libre-échange avec l’Union européenne. Les grands perdants asiatiques sont le Bangladesh (-10%), le Cambodge (-16%) qui, rappelons-le, s’est vu retirer partiellement par l’UE le régime préférentiel «Tout Sauf les Armes» et le Myanmar, englué dans de dramatiques conflits politiques internes qui font fuir les acheteurs et les investisseurs. Globalement, l’Asie chute de 3%.

Le net recul de l’épidémie en Europe, accompagné d’une levée en cours des diverses mesures de confinement, devrait se traduire par un fort rebond de la consommation vestimentaire européenne au cours des prochains mois et donc par le retour à une croissance soutenue des importations d’habillement.

*Président d’Evalliance

N.B.: Les articles publiés dans cette rubrique reflètent l’avis de leur auteur et ne représentent pas la position du journal «La Presse de Tunisie».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire