La première phase du projet de promotion des activités d’exportation vers de nouveaux marchés de l’Afrique subsaharienne (Pema I) vient de s’achever, et la seconde phase de ce même projet vient d’être lancée et se poursuivra jusqu’en décembre 2023.

La seconde phase du projet de promotion des activités d’exportation vers de nouveaux marchés de l’Afrique subsaharienne (Pema II) vient d’être lancée. Le projet a pour objectif de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes, en vue d’accéder à de nouveaux marchés en Afrique subsaharienne.

Le projet avait été initié par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et mis en œuvre par la GIZ Tunisie, et ce, en partenariat avec le ministère du Commerce et du Développement des Exportations et le Centre de promotion des exportations (Cepex). Lors d’une récente cérémonie pour le lancement de la seconde du projet, les organisateurs ont présenté les résultats et réalisations de la première phase, qui s’est étalée de 2018 à 2020. Il est à rappeler que le second Pema II a été donné en janvier 2021 et se poursuivra jusqu’à décembre 2023.

Le bilan de la première phase fait ressortir que seulement cinq marchés ont été ciblés, il s’agit du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la RDC, du Nigeria et du Kenya. Les organisateurs du programme annoncent que le champ d’action de Pema II sera plus élargi et ciblera l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, qui abrite quarantehuit Etats. Il est à noter, par ailleurs, que cette seconde phase développera également des services adaptés, en coopération avec le Cepex, en vue de faciliter les échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne, et offrir ainsi aux entreprises un meilleur accès aux marchés africains.

Encourager les femmes entrepreneures

Cette seconde phase sera également marquée par la mise en place d’une panoplie de services aux entreprises basées sur la coopération et le soutien direct aux PME tunisiennes, et surtout les entreprises dirigées par des femmes, cette catégorie jusqu’ici sous-représentée dans le secteur de l’exportation. Aussi en partenariat avec le Cepex, le Pema II vise à développer de nouveaux services numériques pour faciliter l’export et diversifier les formats d’échange avec des entreprises africaines. Cette seconde phase du projet cherche, d’autre part, à améliorer les canaux de communication et à créer des formats de dialogue public-privé. L’objectif étant d’impliquer les PME tunisiennes dans les négociations et la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) et du Comesa. Afin de créer des opportunités d’exportation pour les entreprises tunisiennes, la coopération régionale avec d’autres pays doit également être améliorée. En ces temps de crise sanitaire, le projet vise, également, à soutenir les entreprises exportatrices pour les aider à mieux répondre à l’impact de la pandémie covid19.

Il est à rappeler que durant la première phase du projet Pema, et afin d’améliorer les conditions encadrant le commerce entre la Tunisie et les marchés africains visés, les initiateurs du projet ont appuyé les représentants du ministère du Commerce et du Développement des Exportations et d’autres institutions gouvernementales afin de consolider leurs capacités à négocier, appliquer et suivre les accords commerciaux régionaux.

La première phase a été aussi une occasion pour faciliter la communication sur les accords commerciaux avec l’Afrique. Ainsi, et en concertation avec le ministère du Commerce et du Développement des Exportations, le projet compte simplifier davantage l’accès à l’information et améliorer la coordination entre les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre des accords. D’ailleurs, un site (www.africatradeagreements.tn) et une application mobile ont déjà été lancés en novembre dernier. Aussi, et depuis 2018, le réseau d’exportation «Think Africa» (créé dans le cadre du projet) a regroupé 16 structures d’appui à l’exportation publiques et privées.

Un réseau de consultants

Ce réseau diffuse les opportunités de marché aux entreprises tunisiennes et coordonne les services d’information, de conseil et de soutien proposés par ses différents membres. Le projet développe également des services appropriés, en soutenant le Cepex dans la création d’une offre de services pour les chefs d’entreprise, il développe aussi de nouveaux services numériques et organise des formats d’échange avec des entreprises africaines. Le projet avait, également, formé des conseillers, et a mis en place un réseau de consultants spécialisés dans l’accès aux marchés africains et capables de soutenir les petites entreprises.

Selon le bilan dressé par les initiateurs du projet Pema dans sa première phase, 550 entreprises tunisiennes ont ainsi pu échanger avec des partenaires commerciaux en Afrique subsaharienne et un total de 2.872 rendez-vous B2B ont été réalisés. Lors du Pema I, 650 entreprises tunisiennes ont bénéficié de divers événements ciblant l’Afrique subsaharienne, 110 entreprises ont eu de nouvelles relations d’affaires avec un partenaire en Afrique subsaharienne et 152 emplois ont été créés par 50 entreprises soutenues.

Charger plus d'articles
  • Avis des experts: Comment boucler l’année 2021 ?

    Intervenant récemment sur les ondes d’une radio privée, Fatma Marrakchi-Charfi, universita…
  • Ils ont dit

    Moez Kaâniche, membre représentant des experts-comptables:  «Le Conseil national de la fis…
  • Express

    Standard & Poor’s: La croissance tunisienne ne dépassera pas les 2,4% sur les cinq pro…
Charger plus par Saoussen BOULEKBACHE
  • Avis des experts: Comment boucler l’année 2021 ?

    Intervenant récemment sur les ondes d’une radio privée, Fatma Marrakchi-Charfi, universita…
  • Ils ont dit

    Moez Kaâniche, membre représentant des experts-comptables:  «Le Conseil national de la fis…
  • Express

    Standard & Poor’s: La croissance tunisienne ne dépassera pas les 2,4% sur les cinq pro…
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire