Le titre de la Coupe n’aura rien arrangé. Moncef Khemakhem est fidèle à ses méthodes.

Après avoir remporté la Coupe et fêté ce titre comme il se doit, le CSS est entré, de nouveau, dans une zone de troubles : Hammadi Daou n’a pas été stabilisé. Il est écarté avec les membres du staff ( à part Guemamdia), ce qui a créé une sorte de tension dans le club avec des supporteurs en colère et qui auraient aimé voir leur club rester « tranquille » et éviter les problèmes qui le secouent depuis des années. Il faut dire que le départ de Hammadi Daou a été une surprise , d’autant qu’il a réussi, lui et son staff, à gagner un titre. Cela rappelle le Serbe Nibuja, vainqueur lui aussi de la Coupe en 2019, mais lâché aussi  par Moncef Khemakhem, président du club. Deux entraîneurs qui gagnent, et qui sont remerciés, c’est quelque chose d’atypique. Seul Khemakhem, qui a toujours cette autorité absolue sur les affaires de l’équipe, a l’explication à ce raisonnement. Chamboulement total, énième perturbation au CSS qui, semble-t-il, ne veut pas la paix et la stabilité. A peine un problème enterré, à peine un titre de raflé que l’on renoue avec des problèmes inutiles. Et avec Khemakhem, rien n’est compris : le va-et-vient des entraîneurs et des joueurs aussi est un culte. Lui seul prend toutes les décisions techniques et enrôle les techniciens pour des raisons qui échappent souvent à la logique. La dernière saison, Boujelbène entame assez bien la saison (il a pris la relève de Benzarti qui a compris qu’il n’avait aucun avenir), mais le président du CSS l’écarte, pour engager Murcia qui ne réussit rien (record de résultats nuls). Daou est intronisé et gagne la Coupe, mais il est remercié ! C’est quelque chose de typique à Khemakhem.

Arsov et… Ghraïri

Quittant Ahly Benghazi, Arsov est le nouvel entraîneur du CSS. Il n’a aucune idée du CSS , de ses joueurs, de sa réalité, mais il va venir avec un staff que le président du CSS a déjà désigné en partie.

Tarek Abdelalim sera l’entraîneur des gardiens. On ne sait pas si Wassim Maâla reste ou pas, et ce sera Ghazi Ghraïri le directeur sportif. C’est clair qu’il succèderait à Arsov si, pour une raison ou une autre, ce dernier est mis de côté. Il est fort probable que l’on assiste de nouveau à une cascade d’entraîneurs cette saison. Seul Moncef Khemakhem le sait. C’est sa méthode de gérer. Il n’aime pas la continuité technique. Encore une fois, le club est à la case départ après la joie de la Coupe gagnée.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire