L’échoppe est minuscule. Le patron, discipliné et masqué, s’est installé sur le pas de la porte, laissant place à la vendeuse, disciplinée et masquée elle aussi. Ce qui n’est pas le cas des deux jeunes clients qui s’affairent, essayant les blouses de travail et prenant tout leur temps, indifférents à moi, cliente disciplinée et masquée attendant dehors.  La remarque m’échappe, exaspérée. Le patron ou la vendeuse ne devraient-ils pas exiger le port du masque comme cela est bien notifié sur le poster affiché ? 

Réponse arrogante des deux jeunes gens, nous montrant l’ambulance garée de l’autre côté de la rue : «Nous sommes les ambulanciers, et si cela ne vous convient pas, portez plainte, le poste de police est tout près». Corona mon dur souci.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Sixtus

    12/07/2021 à 16:16

    Conscience professionnelle des ambulanciers : Zéro

    Répondre

Laisser un commentaire