Lors d’une réunion qui a eu lieu aujourd’hui, lundi 19 juillet 2021, au Palais du gouvernement à La Kasbah, le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi s’est entretenu avec le président de l’UTICA, Samir Majoul, le président de la Chambre Nationale des Propriétaires de Cliniques Privées, Boubaker Zkhama, le Président de la Fédération de la Santé de l’UTICA, Tarek Ennaifer, le Ministre de la Santé Faouzi Mehdi, et du conseiller du Chef du Gouvernement Oussema Kheriji.

Cette réunion était l’occasion de discuter des mécanismes de mise en œuvre de la décision du chef du gouvernement de réquisitionner l’ensemble des cliniques privés afin d’accueillir les malades séjournant dans les hôpitaux qui enregistrent une pénurie d’oxygène et ce jusqu’au retour à l’’approvisionnement normal en oxygène.

Ils ont également discuté les solutions optimales pour assurer la poursuite de l’approvisionnement en oxygène des hôpitaux publics et des cliniques privées dans toutes les régions, et de coordonner le travail entre toutes les parties qui visent à préserver la santé des tunisiens et à surmonter cette situation difficile que notre pays traverse.

Le chef du gouvernement a souligné que la Tunisie traverse une période critique qui nécessite des efforts concertés des secteurs public et privé, des sacrifices et les concessions de tous.

De son côté, le président du Syndicat National des Propriétaires de Cliniques Privées, Boubaker Zkhama a confirmé que les cliniques privées traitent positivement toutes les décisions du Chef du Gouvernement au vu de cette crise sanitaire, et qu’elles resteront à la disposition de l’Etat et ouvriront leurs portes aux patients menacés par le manque d’oxygène jusqu’à ce que le taux d’approvisionnement de cette substance revienne à son niveau normal.

À l’issue de cette réunion, il a été convenu de transférer tous les patients en détresse respiratoire dans les hôpitaux vers les cliniques privées. Cette opération sera supervisée par le directeur régional de la santé de chaque gouvernorat et qui dispose de toutes les données sur le secteur public et privé pour coordonner et organiser les opérations de réquisition. L’État se chargera du remboursement des frais du traitement dans les cliniques privées s’il le faut.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire