Retenu en compétition officielle de la section “Cineasti Del Presenti” (Cinéastes du présent) de la 74e édition de Locarno Film Festival qui s’est tenue, du 4 au 14 août 2021, dans la ville de Locarno, en Suisse, le film «Streams» du réalisateur Mehdi Hmili y a fait sa première mondiale le 12 août en présence de toute l’équipe du film avec quelques bons retours de la presse locale.

Le cinéma arabe était largement représenté, cette année, à travers des films retenus dans deux des principales sections du festival qui propose des films produits en 2021 dans ses 12 sections. «Streams» est le seul film tunisien retenu, parmi une sélection de 15 films, dans les différentes sections du festival. «Concorso Cineasti Del presente» est l’une des trois sections compétitives au festival de Locarno qui présente des films en compétition officielle dans «Concorso internazionale» et «Pardi di domani». Cette section offre une sélection de premières et secondes fictions qui font leur première mondiale dans le cadre de ce prestigieux festival. Il s’agit de films réalisés par des réalisateurs émergents issus du monde entier. En plus du traditionnel ”Pardo d’oro” attribué au réalisateur du film lauréat, on y a attribué, pour la première fois, cette année, le “Prix du meilleur acteur ” et le “Prix de la meilleure actrice “.
“Streams”, qui est une fiction de 122’, est le deuxième long métrage de Mehdi Hmili, dont la phase finale du tournage a eu lieu, fin 2019 à Mutuelleville, à Tunis. Il s’agit d’une copro- duction internationale entre la Tunisie, la France et le Luxembourg. Il bénéficie du soutien de trois coproducteurs, Tarantula Luxembourg, MPM Film et Clandestino Production.
La bande originale est signée par le compositeur tunisien Amine Bouhafa, dont les œuvres musicales ont enrobé plusieurs films arabes et étrangers. Côté casting, l’on retrouve Iheb Bouyahya, Zaza, Sarah Hannachi, Slim Baccar et Afef Ben Mahmoud.
Cette dernière y campe le rôle d’Amel, une jeune femme qui travaille dans une usine à Tunis et qui vit avec son mari alcoolique, Tahar, une ancienne gloire du football local, et leur fils unique, Moumen, un gardien de foot talentueux. Pour convaincre le patron de l’usine de lui fournir un piston pour son fils, Amel trahit ses collègues qui mènent une grève. Amel rencontre le piston : Adel, un homme d’affaires qui profite de la situation et abuse d’Amel. Mais la police les arrête, le scandale devient viral et Amel est accusée d’adultère. Relâchée après quelques mois de prison, Amel cherche son fils dans le monde des bas-fonds et doit faire face à une société tunisienne en pleine chute libre.
Après cette belle sélection dans un des plus importants rendez-vous cinématographiques mondiaux, le film continuera à tracer sa route sous différents cieux. Bon vent!

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire