Deux ans de galère, de sueurs froides, le pire a été évité miraculeusement. Le CA a préparé un agenda de recrutements. Belhoucine est le premier renfort de taille.

Malgré un certain flou et beaucoup d’hésitation, le comité directeur clubiste a réussi en quelques semaines à clore le dossier miné des dettes auprès de la Fifa. L’apport extraordinaire du public durant ces deux dernières années, ainsi que les contrats sponsoring et les dons collectés de la part des actuels et d’autres dirigeants ont réussi à arrondir les angles. Le dossier de l’OM a été résolu avec 800 mille euros versés comme dernier montant important à payer. Et à partir de là, et quand on sait que les dossiers Ondama, et Simone ont été clos en réussissant à gagner des «remises» de la part de ces débiteurs, on peut dire que le CA est autorisé à recruter. D’ailleurs, Ghazi Ayadi a déjà signé un contrat en interne pour revenir, alors que l’attaquant algérien Belhoucini a débarqué, lui aussi, d’après les médias algériens. Ce ne sera pas tout comme renforts, il y aurait entre 4 et 6 autres opérations pour bonifier l’effectif actuel. C’est Louhichi en personne qui s’en charge aux côtés de Youssef El Almi. Beaucoup de discrétion, oui, mais sûrement un énorme effort qui s’est fait. Le CA est passé d’une équipe amoindrie et endettée à une autre confiante, et qui peut se renforcer. C’est une grande réalisation à mettre à l’actif du bureau de Youssef El Almi, et, bien sûr, au public qui a avancé de l’argent liquide depuis deux années.

Ne pas se tromper de nouveau

Revenir sur le mercato avec une mauvaise réputation de club insolvable n’est pas une chose facile. Pour les dirigeants actuels, tomber dans l’euphorie de pouvoir recruter de nouveau ne doit pas faire oublier l’équilibre financier fragile du club. Recruter à tort et à travers avec des montants exagérés et des contrats mal conçus ne va pas arranger les choses. Il ne faut pas commettre les erreurs du passé, quitte à changer d’objectifs et à reconstruire une équipe. C’est ce que les Clubistes doivent comprendre désormais. La hantise des recrutements poussée par une frange du public est la pire des choses qui puisse menacer le club. Cette levée de l’interdiction des recrutements est un succès énorme, il faut en tirer les leçons. Et quand on dit tirer les leçons, cela veut dire, bien sûr, arrêter avec les coups bas des agents des joueurs et des agissements frauduleux des anciens dirigeants au moment de recruter. Cela c’est le moyen de rebâtir sur de bases solides. Autrement, c’est la mauvaise histoire qui se répète.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire