Avec un sombre bilan de 491 accidents de la route ayant causé la mort de 50 personnes du 1er au 19 août 2021, le «bilan est effrayant» d’après l’Observatoire national de la sécurité routière. Une nouvelle alerte est donnée.

Depuis le temps que les organisations non gouvernementales alertent sur les dangers de la route en Tunisie, c’est un fait quasiment insolite de constater une baisse des accidents de la route durant une saison marquée par tous les risques routiers comme l’été, qu’il faut prendre avec parcimonie. En effet, même si le taux d’accidents de la route a baissé de 35% cet été 2021 par rapport à la même période de l’an dernier, d’après un rapport de l’Observatoire national de la sécurité routière publié récemment, l’hécatombe se poursuit. Mourad Jouini, chargé de l’information à l’Observatoire national de la sécurité routière, a déclaré à l’agence TAP que «même si une baisse a été enregistrée au niveau des accidents et des blessés, le bilan reste effrayant. La vigilance et le travail de prévention doivent se poursuivre».
Un même son de cloche qu’il diffuse à travers tous les médias. «On a comptabilisé 21 tués et 46 blessés en l’espace de trois jours du vendredi 20 au dimanche 22 août 2021», affirme-t-il sur les ondes d’une radio régionale. Un week-end meurtrier qui a enregistré des accidents dans divers gouvernorats de la République. Mourad Jouini considère qu’il n’est pas normal qu’on enregistre de telles statistiques à l’heure actuelle après tout le travail qui a été fait par les associations et les ONG en matière de sécurité routière. Il y a anguille sous roche et «la cause première reste l’excès de vitesse et le non-respect de la priorité», selon Jouini, même si l’état de l’infrastructure routière reste à déplorer.
Le détail du communiqué choc publié lundi 23 août 2021 sur la page facebook de l’ONSR est retranscrit exhaustivement: «Avec une grande tristesse, l’Observatoire national de la sécurité routière annonce qu’au cours du week-end des 20, 21 et 22 août 2021, un bilan catastrophique et sans précédent de victimes d’accidents routiers a été enregistré dans plusieurs gouvernorats de la République qui atteint initialement 21 morts et 46 blessés, parmi les usagers de divers véhicules, ainsi que des piétons. La plupart de ces accidents étaient liés aux activités estivales, notamment nocturnes, et leurs principales causes étaient la vitesse excessive, le non-respect des priorités, les dépassements interdits et le blocage de la route.
Pour mettre un terme à cette hémorragie de vies fauchées et de biens perdus, l’Observatoire national de la sécurité routière appelle les responsables des comités régionaux de sécurité routière à tenir des réunions d’urgence afin de faire le nécessaire pour imposer le strict respect de la loi à tous les usagers de la route, surtout en ce qui concerne l’éradication de la vitesse excessive. On invite également divers médias à consacrer une partie de leurs programmes quotidiens à la sensibilisation à la circulation, notamment avant et pendant le week-end».
Les répercussions du recul de l’heure du couvre-feu n’ont pas tardé à se faire sentir négativement sur les statistiques des accidents de la route, passant de 19h00, à 20h00, 22h00 puis enfin minuit au moment même où la Tunisie traverse une période d’accalmie dans la crise sanitaire due au coronavirus. La densité du trafic routier nécessairement plus important suscite de nouvelles craintes d’une recrudescence des accidents de la route sans que rien ne soit fait pour arrêter cette mauvaise spirale. Le programme national pour des «Vacances en sécurité» et les actions de sensibilisation doivent être renforcés à l’aube de la rentrée scolaire qui approche à grands pas.

Une légère amélioration mais…

Le rapport indique également que le taux de blessés sur les routes a baissé de 42%, relevant ainsi que les objectifs du programme «vacances en sécurité» pour l’été 2021 ont été réalisés. La période d’observation du programme s’étend du 1er juillet à la fin août courant. Le nombre d’accidents de la route enregistrés entre le 1er et le 19 août est de 491 accidents contre 764 au cours de la même période de l’an dernier, soit une baisse de 35,7%. Le nombre de morts sur la route est passé de 168 l’an dernier à 138 cette année, soit un faible recul de 17,85%. Le nombre de blessés a en revanche sensiblement baissé, passant de 1.173 à 673, soit un taux de 42,6%.
L’Observatoire table, à travers ce programme, sur une baisse de 30% du taux de décès dans les accidents de la route sur les trois prochaines années. L’ONSR explique la baisse des taux par le travail de sensibilisation effectué et la stricte application de la loi par les divers corps de sûreté intervenant sur la route. Mourad Jouini condamne l’usage du téléphone portable au volant et sur la route qui amplifie le désastre et n’arrange pas les choses. Il appelle plus généralement à une prise de conscience collective des décideurs et des dirigeants, une plus forte mobilisation de la société civile pour inverser la tendance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Maghzaoui

    25/08/2021 à 14:29

    Depuis les années 70 les accidents de la route ne cessent de faire des dégâts incalculables, aux niveaux du nombre des décès et des blessés graves constamment en augmentation sur toutes les routes de la Tunisie, les cortèges des orphelins, des veuves, des veufs et les déchirures familiales, les dépenses de l’état dues aux accidents sont devenues une catastrophe nationale et dont personne n’essaye de trouver une solution pour atténuer ce malheur dont souffre tout un peuple, pas une seule famille en Tunisie n’est pas touchée par ce fléo de l’incivilité routière qui règne en maître dans notre pays, sans oublier le mauvais l’état des véhicules encore autorisés à rouler, corruption oblige au service des mines.

    Notre pays est devenu champion d’Afrique dans les accidents de la route et bientôt il s’affichera comme champion du monde. Personnellement, j’ai frôlé la mort en Tunisie, en roulant tranquillement et voilà qu’un inconscient qui quitte un stop prématurément, dieu merci que j’ai pu l’éviter le choc en me déboîtant à ma droite et partir dans le champs indemne.tant disque le fautif court toujours. J’espère que sous le nouveau président les choses vont changer le plus rapidement possible.

    Répondre

  2. Maghzaoui

    25/08/2021 à 16:31

    Pour diminuer les accidents en Tunisie, il faut installer d’avantage des radars et des dos d’ânes sur les parcours où il y a le plus d’accidents, j’ajoute à ça, des peines de prison fermes pour celles ou ceux qui provoquent des accidents mortels et des blessés graves, par ailleurs, de très très fortes contraventions financières pour les fautifs et surtout pour récidivistes.
    Je suis convaincu que pour mater l’incivilité du Tunisien, il n’y a qu’une seule méthode, c’est lui laisser le porte monnaie vide.

    Répondre

Laisser un commentaire