Cette fois, la journée est exceptionnellement dédiée aux jeunes de 15-17 ans, qui auraient reçu le vaccin Pfizer. Mais leur réticence face au vaccin continue à inquiéter les autorités. Le tapage médiatique sur la campagne n’en finit pas.

Certes, les deux premières journées de vaccination intensive ayant eu lieu les 8 et 15 août dernier, destinées aux 40 ans et plus, avaient connu un franc succès. L’affluence était telle que plus d’un million d’inscrits sur la plateforme Evax sont parvenus à se faire vacciner. Vingt jours déjà, cette catégorie d’âge a été convoquée hier, dimanche, pour recevoir la deuxième dose de vaccin.

C’était, donc, au cours de la 3e journée de vaccination intensive, prévue à cet effet de 7h du matin à 19h, dans environ 400 centres de vaccination, répartis sur toute la République. Sauf que cette fois, la journée est exceptionnellement dédiée aux jeunes de 15-17 ans, qui auraient reçu le vaccin Pfizer. Au démarrage, l’affluence était en demi-teinte. Mais, la réticence des jeunes face au vaccin continue à inquiéter les autorités. « Seulement 73 mille âgés de 15 à 17 ans se sont inscrits sur la plateforme nationale de vaccination Evax jusqu’au 27 août 2021, alors qu’on comptait convoquer 475 mille personnes à la troisième journée de vaccination intensive contre le coronavirus», selon un responsable du ministère de la Santé. Pourtant, le tapage médiatique sur la portée de la vaccination n’en finit pas. Hier, sur les plateaux de la Nationale 1 et 2, les appels de sensibilisation à la vaccination passaient en boucle, incitant les jeunes à être au rendez-vous. Se faire vacciner contre le Covid-19 demeure ainsi un droit élémentaire. Ce message semble être bien reçu. Sept heures après l’ouverture, hier, des centres de vaccination à travers le pays, on a bel et bien recensé quelque 200 mille vaccinés au total dont 60 mille des 15-17 ans. Vers 16h, le nombre de vaccinés inscrits a grimpé à plus de 236 mille. Un chiffre qui s’avère encore en deçà des prévisions. Une heure et demie plus tard, soit peu avant la fermeture des centres de vaccination, les statistiques du ministère de la Santé ont révélé que 320 mille personnes ont été vaccinées. Espérons qu’on atteindra, à la fin de la journée, les résultats escomptés.

18-39 ans, catégorie dernière minute

Au fur et à mesure, ces chiffres officiels vont être, régulièrement, actualisés. Surtout qu’il y a eu une certaine facilité d’accès : «Pour les 15-17 qui ne se sont pas inscrits sur Evax ou qui n’ont pas reçu un SMS de confirmation, ils pourraient se rendre aux centres de vaccination à partir de midi. La présence du tuteur légal muni d’une pièce d’identité est obligatoire», explique le ministère de la Santé. Il est également obligatoire de remplir l’autorisation de vaccination disponible sur sa page officielle. Cela étant, les récalcitrants n’ont plus raison, d’autant qu’il n’y a pas, jusqu’ici, d’autres solutions pour vaincre l’épidémie et briser la chaîne de contamination. Cela est évident, du fait que la pandémie a déjà causé plus de 22 mille décès et un chiffre effrayant des contaminations.

Autre nouvelle pour se rattraper : la tranche d’âge 18-39 ans, même si elle n’est pas enregistrée sur la plateforme Evax, est aussi concernée. Soit une population convoquée à la dernière minute ! Elle a été appelée à se dépêcher vers les centres de vaccination pour recevoir leur première dose de vaccin Pfizer. Volontiers, les retardataires auraient pu les rejoindre. Cette procédure, qui fut annoncée tard dans la journée, compte beaucoup sur la liste des vaccinés. Et c’est ainsi qu’on peut revenir à une vie normale.

Par ailleurs, sont convoqués à la journée d’hier quelque 820 mille citoyens de 40 ans et plus déjà inscrits sur Evax. Ceux-ci, même s’ils n’ont pas réussi à s’y inscrire, sont appelés à être présents à partir de midi. Cette catégorie, lit-on dans un communiqué du ministère de la Santé, rendu public samedi, devait se munir d’une pièce d’identité, tout en présentant un numéro de téléphone afin de recevoir un SMS pour bénéficier de la deuxième dose. Une manière d’organiser et de gérer les flux afin de bien mener l’opération.

Transport en commun de la partie

D’ailleurs, comme lors des journées précédentes, la mobilisation des uns et des autres demeure aussi grande. Notre armée blanche étant toujours au rendez-vous. Pas moins de huit mille professionnels de la santé (cadres médicaux et paramédicaux) et des bénévoles opérant dans le secteur sont là pour assurer le bon déroulement de l’opération et faire réussir cette 3e journée. Le transport en commun était aussi de la partie. Selon la Transtu, au moins 70 bus dans le Grand Tunis ont été mobilisés pour garantir le transport des personnes concernées par la troisième journée de vaccination intensive. Et d’ajouter, dans un communiqué publié un jour avant, que ces bus vont transporter gratuitement et exclusivement les personnes âgées de plus de 40 ans et celles entre 15 et 17 ans aux centres de vaccination. Durant la journée, les dessertes entre les quartiers et les centres de vaccination se sont déroulées sans interruption.

A rappeler que ces journées portes ouvertes de vaccination, ayant démarré le 8 de ce mois, ont été décidées, suite aux instructions du Président de la République Kaïs Saïed. Et la campagne nationale de vaccination continue.

Photo : © Yacine Mahjoub
Charger plus d'articles
Charger plus par Kamel FERCHICHI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire