Le palmarès de l’AS Police n’est pas fabuleux. Certes, c’est un adversaire inconnu, mais à prendre au sérieux quand même. Pour Ridha Jeddi et ses joueurs, l’essentiel, cet après-midi, est de réussir l’entame de la saison et de l’aventure africaine.

Le coach Ridha Jeddi entame son aventure à la tête de l’USBG par un premier examen facile sur le papier mais pas gagné d’avance. Sa première apparition officielle sur le banc de touche du Stade 7-Mars de Ben Guerdane se fera cet après-midi (16h30) lors du match aller du 1er tour préliminaire de la Coupe de la CAF contre l’Association Sportive Police, un club de la capitale du Niger, Niamey. Le tirage au sort ne pouvait lui offrir un adversaire plus modeste et largement à la portée. Il doit logiquement s’en frotter les mains même si la qualification pour le prochain tour se jouera sur deux matches, aller aujourd’hui à domicile et retour le samedi 18 octobre au Niger. Quand on dit que l’adversaire est, sans être une proie facile, une équipe qui ne devra pas poser problème et n’impose pas la crainte même si elle est à prendre au sérieux en tant qu’adversaire inconnu, c’est parce que son palmarès n’est pas fabuleux. Fondée en 1993, l’AS Police n’a à son actif qu’un doublé (championnat et coupe en 2008) et un tour préliminaire en Ligue des champions en 2009. Trop peu pour effrayer une USBG fondée en 1936 et qui est devenue lors des trois dernières saisons l’un des adversaires avec lequel il faut compter et qui ne figure pas encore à la tête du peloton mais dans le premier carré du haut du tableau. C’est un acquis qu’il faut non seulement préserver mais consolider.

Aller le plus loin possible en Afrique

Pas question donc de rater son entrée en lice en compétition africaine. Il est impératif d’aller le plus loin possible, gagner en expérience et en maturité pour atteindre le haut niveau, avoir pour but de viser encore plus haut et arriver au dernier carré au terme de plusieurs tours éliminatoires et épreuves de qualification. Et pour bien commencer, il faut gagner cette rencontre aller par un score rassurant afin d’aborder la deuxième manche sous les meilleurs auspices. Après une première phase de préparation réussie et 5 matches amicaux sans défaite (2 victoires et 3 matches nuls) avec à la clé une prestation plus qu’honorable devant le ténor de notre championnat et le fer de lance de notre football en compétitions africaines, l’Espérance de Tunis, la confiance dans le camp benguerdanais est donc de mise.  À moitié chambardée avec une vaste opération de recrutement, le dernier à avoir signé étant Ayoub Mcharek, l’équipe « jaune et noir», version Ridha Jeddi, aura à coup sûr un visage new look. On en aura une première idée et un premier aperçu lors de ce premier rendez-vous de haute importance qu’il faut réussir. 

Hédi JENNY

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire