Après cinq ans passés à l’Espérance de Tunis où il s’est fait un nom, le jeune technicien tente sa chance du côté de l’Egypte. Il prend en main Al Masry où il compte faire ses preuves ailleurs qu’au Parc B.


A seulement 40 ans, il compte déjà un riche palmarès comme entraîneur aussi bien à l’échelle nationale que continentale. Et si Mouine Chaâbani dispose d’un palmarès aussi riche comme entraîneur, c’est grâce à son passage à l’Espérance de Tunis. Pendant son séjour de cinq ans au Parc B, d’abord comme entraîneur adjoint (2016-2018) puis comme entraîneur en chef (2018-2021), il n’a fait que remporter des titres, une saison après l’autre. En 2016, il s’est adjugé le trophée de la Coupe de Tunisie comme entraîneur adjoint d’Ammar Souayah. Puis, il a remporté deux Ligues des champions, trois championnats de Tunisie et deux supercoupes de Tunisie. Et pour pouvoir entraîner partout, il a passé ses diplômes CAF. Du coup, il est éligible sur la scène internationale, ce qui lui a valu l’engagement avec le club égyptien, Al Masry.

Une saison pour affûter ses armes

Dimanche soir, le club Al Masry Sporting Club a officialisé la nomination de Mouine Chaâbani à la tête de son équipe première pour une saison. Si certains observateurs pensent que Chaâbani a fait un mauvais choix estimant qu’il pouvait aspirer à mieux au vu de son parcours à la tête de l’EST, nous pensons le contraire. A notre humble avis, Mouine Chaâbani a eu raison d’accepter l’offre d’Al Masry sur le double volet sportif et financier.

Volet sportif, entraîner en Egypte est une bonne chose en soi au vu du niveau compétitif du championnat local. Entraîner dans un championnat aussi compétitif que celui de l’Egypte n’est pas une chose évidente. La question n’est pas de savoir si le choix porté par Chaâbani sur Al Masry est bon ou mauvais, mais son aptitude à aller jusqu’au bout de son bail. C’est le sens même de la difficulté de la tâche du technicien tunisien. Lui auquel une frange des supporters « sang et or » et même de certains observateurs attribuaient ses succès quand il était à la tête de l’EST au travail accompli par son prédécesseur Khaled Ben Yahia et la qualité de l’effectif mis à sa disposition par Hamdi Meddeb.

Bref, ce n’est jamais grâce à lui bien qu’il ait par moments fait des choix ô combien discutables.

Volet financier, la proposition faite par Al Masry est plus que correcte. Selon « Studio Koora+ », le salaire de Mouine Chaâbani est de l’ordre de 50.000 dollars, alors que son adjoint Majdi Traoui touchera 12.000 dollars. L’essentiel est que Mouine Chaâbani aille jusqu’au bout de son bail, qu’il fasse de bons résultats, bien qu’il s’agisse d’un club de la deuxième moitié du tableau dans le championnat égyptien. A Chaâbani de faire coller Al Masry au peloton de tête du championnat égyptien. Voilà un objectif sur lequel le technicien tunisien devra travailler cette saison.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Un commentaire

  1. Charai Moncef

    14/09/2021 à 10:55

    Bonne chance !

    Répondre

Laisser un commentaire