Pour les Monastiriens, l’octroi du trophée de la Supercoupe de Tunisie s’apparente à une mission de sauvetage d’une saison en deçà des attentes. C’est aussi l’occasion de démarrer le nouvel exercice sous les meilleurs auspices.

Les Usémisites rêvaient sans doute d’un exercice nettement meilleur que celui qu’ils viennent de vivre. En effet, l’exercice 2020/2021 a été plus difficile que prévu pour les Monastiriens qui ont vécu l’année d’avant une saison exceptionnelle, voire historique. Pour la première fois de leur histoire, les Usémistes ont remporté en 2019 la Coupe de Tunisie, ce qui leur a valu un autre rendez-vous historique : disputer leur première compétition africaine interclubs, en l’occurrence la Coupe de la CAF.

Le plus dur, ce n’est pas d’arriver au sommet…

Pour Lassaâd Jarda, alors entraîneur de l’équipe, et pour le bureau directeur, le plus dur, ce n’était pas d’arriver au sommet, mais d’y rester. En remportant le trophée de la Coupe de Tunisie, les Monastiriens ont composté donc leur billet pour participer à la Coupe de la CAF. De plus, ils ont clôturé leur parcours de championnat à la troisième marche du podium. Défendre leur titre de Coupe de Tunisie, rester au même niveau en championnat à même de devenir un candidat sérieux pour le titre et, surtout, participer à la Coupe de la CAF nécessitaient des renforts au sein de l’effectif senior de football. Or, ce qui s’est passé, c’est le contraire. L’USM n’a pu garder son attaquant vedette, Anthony Okpotu, parti rejoindre le Qatar SC. Le club n’a pas su donc pallier son départ par un attaquant buteur, faute de moyens financiers. Le départ d’Okpotu, à lui seul, a déséquilibré tout le dispositif de jeu mis en place par Lassaâd Jarda durant la saison 2019-2020. Face à la succession des contreperformances, Jarda a fini par quitter Monastir pour aller monnayer son talent à Casablanca.Pour Mourad Okbi, l’actuel entraîneur monastirien, la Supercoupe de Tunisie est une opportunité pour sauver une saison le moins qu’on puisse dire catastrophique. C’est aussi une chance qui se présente à lui pour démarrer le nouvel exercice sous les meilleurs auspices. Le staff technique actuel a également perdu des joueurs-cadres, à l’instar d’Elyès Jelassi, parti rejoindre Mouine Chaâbani à Al Masry. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire