L’USBG est, certes, passée à Niamey mais le onze de Ridha Jeddi ne doit plus se faire de frayeur  à l’avenir s’il veut renouer avec le haut niveau de la C3. 


Comme prévu, les hommes de Ridha Jeddi ont passé sans encombre l’écueil nigérien et ont obtenu le précieux billet pour le deuxième tour éliminatoire de la Coupe de la CAF. Vu le calibre moyen de l’ASP, une équipe peu redoutable et même fort vulnérable et prenable, on s’attendait, côté tunisien, à une qualification plus facile et plus éloquente avec un score sans appel au match aller comme au match retour. Si, au Stade du 7-Mars le succès a été assuré dès la première période avec l’inscription de trois buts coup sur coup avec une ardeur tempérée lors de la seconde mi-temps et un but concédé , au Stade de Niamey, les choses ont été différentes et on peut même dire que les coéquipiers de Ali Ayari ont couru un risque énorme et même joué avec le feu en prenant un but dans les quarante-cinq premières minutes de jeu . Un mauvais scénario pour eux, car l’idéal aurait été de marquer pour se mettre définitivement à l’abri et au pire des cas rentrer aux vestiaires avec un score de parité qui aurait préservé l’écart de deux buts et découragé davantage l’adversaire à défaut de le mettre à genoux.

Une équipe avertie en vaux deux

La seconde mi-temps a donc été rude au niveau physique et mental pour éviter de prendre le deuxième but du K.-O. face à un adversaire limité. Le fait d’avoir eu chaud avant de pousser un ouf de soulagement et de délivrance pour les « Jaune  et  Noir» est un bon avertissement pour eux. Et c’est donc en équipe bien avertie qu’ils prépareront le second tour face à un adversaire plus robuste et fort musclé. La Coupe de la CAF est une épreuve très difficile avec des adversaires bien rompus et ne manquant pas d’expérience dans les tours avancés avant d’arriver aux poules. Quand on reçoit au premier match, on doit faire le plein avec un nombre de buts assez sécurisant et on doit veiller à ne pas encaisser le moindre but pour faire pression sur l’adversaire dans son fief lors du match retour et avoir l’opportunité de le surprendre, alors qu’il cherche l’ouverture du score et la remontée de la pente . Si on joue à l’extérieur lors de la première manche, on doit bien la négocier en jouant pour marquer un ou plusieurs buts qui seront décisifs pour le match retour et faciliteront davantage la tâche.  L’USBG actuelle est un collectif bon dans l’ensemble, compact et solide au niveau défensif, mais sur le plan de la construction de jeu , de la créativité et de l’efficacité devant les buts adverses, il  y a encore beaucoup à faire avec l’absence de véritables attaquants de pointe et chasseurs de but de métier hormis un certain Rafik Kamergi qui n’a plus sa flamme et son rayonnement d’antan, malgré le bon jeu de tête qu’il a gardé. 

Bonne qualification donc pour l’US Ben Guerdane et bonne entame de cette épreuve de la CAF qui aura un effet positif sur l’entrée en lice de l’équipe en championnat.

Hédi JENNY

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire