Sans être brillants, mais sachant tirer profit des erreurs de l’adversaire, les Monastiriens ont fait l’essentiel. Ils sont, d’abord, revenus dans le match avant d’en découdre aux tirs au but.


Il ne suffit pas d’être meilleur pour battre son adversaire. Mourad Okbi l’avait bien compris samedi. Le coach usémiste a joué selon les moyens de son équipe mais a su tirer son épingle du jeu. Pourtant, l’entame du match était chaotique pour son équipe. On jouait à peine la 4’ quand Mohamed Ali Ben Romdhane ouvrit le score pour l’EST. Un but encaissé tôt qui a chambardé les plans de Mourad Okbi, lui, qui a opté pour l’offensive au début de la rencontre, pensant pouvoir avoir des débats équilibrés avec le champion de Tunisie en titre. Par ailleurs, la première grosse occasion du match a été enregistrée sur la première action entreprise par Houssem Tka, alors qu’on jouait à peine la première minute du jeu. Une frayeur dans la défense espérantiste qui a poussé les hommes de Radhi Jaïdi à réagir rapidement.

Après le but de Ben Romdhane, les Usémistes ont mis du temps pour reprendre leurs esprits. Ils ont eu, surtout, des difficultés à percer une solide défense « sang et or ». Et comme les Espérantistes ont reculé après avoir ouvert le score, Houssem Tka et ses camarades n’ont pas réussi à trouver des solutions pour déverrouiller la défense adverse. Cela ne les a pas empêchés à essayer encore et encore. Et même si la confusion se lisait sur le visage de Mourad Okbi, ses joueurs se sont jetés à corps perdu dans la bataille. Leurs efforts ont fini par être récompensés. Hamza Jelassi a profité d’un mauvais dégagement de la balle de Badrane pour la récupérer avant de servir Houssem Tka qui n’avait qu’à compléter le travail en égalisant à la demi-heure de jeu.

Atténuer les ardeurs des attaquants adverses

Après la pause, les Monastiriens ont géré, comme ils pouvaient, la suite des débats. Comme les Espérantistes, ils ont cherché le but de la victoire, mais n’ont pas pris de risque inutile pour autant. Il faut avouer que les hommes de Mourad Okbi étaient beaucoup moins entreprenants que leurs adversaires.

Et même si leurs rares tentatives n’étaient pas dangereuses, ils ont réussi, par contre, à éloigner le danger de leur propre camp.

Conscients de la limite de leurs moyens, les Usémistes ont cherché, surtout, à atténuer les ardeurs des attaquants adverses. Ils ont atteint leur objectif puisqu’ils n’ont pas encaissé de deuxième but.

La parité au temps réglementaire leur a permis de négocier le titre aux tirs au but. Sur ce coup, Béchir Ben Saïd a été magistral en s’interposant au tir de Ghaïlane Chaâlali. Quant à ses camarades, ils n’ont raté aucun tir au grand dam de Farouk Ben Mustapha.

En football, il ne suffit pas d’écraser son adversaire pour remporter la victoire. Croire en soi et, surtout, jouer intelligemment selon ses propres moyens suffisent pour remporter un titre. Mourad Okbi et les Monastiriens l’ont prouvé ce samedi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire