Le Syndicat national des chanteurs (SNC) a lancé une initiative qui vise à soutenir financièrement les artistes tunisiens. L’annonce de cette nouvelle a eu lieu dans le cadre d’une conférence de presse organisée dans un hôtel à Tunis. Maher Hammami, le secrétaire général du syndicat, a présidé la conférence. L’initiative a reçu le soutien de Karim Gharbi, alias K2RYM, en premier lieu…

Musiciens, chanteurs et autres artistes sont concernés par cette initiative. Ils pourront être protégés financièrement et au niveau de la sécurité sociale. Une démarche importante en vue d’éviter la précarité à de nombreux artistes en temps de crise qui s’est aggravée par le covid-19.

Le soutien financier se fera à travers des donations directement ou à travers l’organisation de spectacles et de concerts visant à aider les musiciens et le corps annexé ou associé à la musique, travaillant dans le secteur. K2RYM, homme d’affaires, rappeur, musicien, producteur, est l’un des premiers à vouloir faire aboutir cette initiative et à en faire une réussite lucrative pour la bonne cause. Le rappeur, aussitôt contacté par le Syndicat et ses membres, a donné son accord et a exprimé son enthousiasme quant à la nécessité de soutenir les chanteurs en temps de crise ainsi que leurs familles, à l’aube d’une rentrée scolaire qu’il désire réussie pour tout le monde. K2RYM est sensible à la cause des artistes qu’il voudrait voir vivre en toute dignité, surtout en temps de crise, selon un communiqué du syndicat, et il supervisera ce projet.

Le soutien est financier et matériel essentiellement et concerne les individus souffrant de maladies, de précarité liée à l’habitat, de chômage, d’absence de couverture sociale totale, de difficultés financières liées à des prêts et à des versements d’argent… l’aide principale se fera à 50%.

Par ailleurs, les actions caritatives menées par Karim Gharbi se poursuivent dans les régions intérieures et au profit des citoyens qui sont dans une situation précaire. Le soutien de K2RYM aux institutions sanitaires du pays reste de mise.

 

H.H

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire