L’Espérance a, d’emblée, raté son premier objectif de la saison 2021-2022. Du coup, il ne lui est guère permis de rater sa chance de rachat contre le CSS.


En 2020, l’Espérance Sportive de Tunis avait déçu ses supporters, en se laissant battre par l’US Monastirienne en finale de la Coupe de Tunisie, alors qu’elle venait de remporter son trentième titre de championnat et le quatrième d’affilée.

Cette déconvenue mal digérée s’est produite le 27 septembre 2020, c’est-à-dire il y a une année. Depuis, les fans de l’Espérance attendaient avec impatience la Supercoupe de Tunisie pour prendre leur revanche et laver l’affront.

Seulement l’US Monastirienne ne l’entendait pas de cette oreille et a voulu montrer à tout le monde que son premier titre de l’histoire, remporté aux dépens de l’Espérance, n’était pas usurpé. Et elle a récidivé en battant, de nouveau, l’équipe de Bab Souika en Supercoupe samedi dernier à Radès.

Si, pour l’US Monastir, ce coup de brio va constituer un bon catalyseur pour la nouvelle saison 2021-2022, il n’en est pas de même pour l’Espérance qui vient de rater le démarrage de sa saison et de laisser une mauvaise impression, tellement elle a fait pâle figure sur toute la ligne.

Mais là où le bât blesse, c’est que la troupe de Mouïne Chaâbani, qui avait concédé la défaite de septembre 2020, est presque la même que celle de Radhi Jaïdi (septembre 2021). Et c’est cela qui inquiète les supporters du doyen des clubs tunisiens, auxquels on a promis monts et merveilles avec l’avènement de Jaïdi. Le niveau technique des joueurs n’a pas progressé d’un iota et le rendement collectif non plus. L’équipe de Bab Souika a même laissé entrevoir un système de couverture qui a flirté avec la naïveté devant les assauts offensifs bien structurés des Monastiriens.

Se reprendre

Maintenant, il ne reste plus que la Supercoupe 2020-2021 à disputer avec le CSS ce samedi à Radès pour se racheter et faire oublier, un tant soit peu, le revers d’il y a quelques jours.

Comment Jaïdi et ses protégés vont-ils s’y prendre et avoir le visage lifté en l’espace d’une semaine ?

C’est la question qu’on se pose et à laquelle un début de réponse est en train d’être donné dans la préparation pour la deuxième sortie officielle.

On sait déjà que Radhi Jaïdi compte effectuer beaucoup de changements au niveau de l’équipe qui bénéficiera de sa confiance, ainsi que sur la tactique à adopter qui se doit d’être plus réaliste.

Yaâcoubi et Coulibaly opérationnels

Samedi prochain, le timonier «sang et or» va pouvoir récupérer deux joueurs importants dans le dispositif défensif et de couverture. Il s’agit de Mohamed Ali Yaâcoubi et Fousseïni Coulibaly qui étaient absents contre l’USM et qui seront de la partie face au CSS.

De son côté, le keeper international, Farouk Ben Mustapha, va être titularisé à  la place de Moez Ben Chrifia qui a une part de responsabilité (avec Abd El-Kader Badrane) sur le but encaissé devant l’USM.

Seulement  au niveau de l’attaque, le problème reste entier, en raison du mutisme dérangeant des avants espérantistes. Et c’est là où tout le savoir-faire de Jaïdi devrait opérer. Le Nigérian Iwala Anyou qui possède un respectable potentiel technique, mais qui est, en revanche, trop petit pour être utilisé comme avant-centre, doit jouer au poste d’excentré.

Le coach «sang et or» espère que Hamdou El Houmi et Rached Arfaoui nous gratifient d’une meilleure prestation.

Faute de quoi il faudra donner leur chance aux jeunes très prometteurs, Zied Berrima et Farouk Mimouni.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire