Moderniser les installations, promouvoir de nouvelles productions ou œuvres scientifiques et rapprocher les citoyens avec leur espace public de savoir et des sciences, telles sont les ambitions renouvelées de la CST.


Dans le cadre des activités nouvelles de la Cité des sciences, une projection d’un spectacle intitulé « voyage dans la lumière », suivie d’une signature d’une convention, s’est déroulée dans la matinée du jeudi 23 septembre 2021 entre la CST, dans son siège, et son partenaire espagnol du Parc des sciences de Grenade. L’ambassadeur d’Espagne à Tunis, Guillermo Ardizone Garcia, a accompagné la délégation espagnole du projet pour rehausser la portée de l’événement.  Une présentation marquée par la présence de Mme Olfa Ben Ouda, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, venue appuyer et conforter les nouveaux acquis et ceux à venir prochainement dans le cadre de la modernisation des équipements et de l’infrastructure de la CST et ses antennes en Tunisie. « Dans le cadre de la coopération avec l’Europe et le jumelage avec l’Espagne avec laquelle on partage beaucoup d’expériences réussies et une longue relation d’amitié, on cherche aujourd’hui à institutionnaliser ces processus et à encourager de nouvelles expériences qu’on veut réussies. Il s’agit de vulgariser un peu plus les aspects scientifiques, être plus proche du citoyen tunisien quel que soit son âge. On a vu à l’occasion un documentaire qui parle de l’importance de la lumière dans la vie et il s’agit d’un très bon film en attendant d’autres qui vont toucher à beaucoup d’aspects scientifiques », a relevé la ministre.

L’objectif des organisateurs est d’attirer les jeunes d’où qu’ils viennent et quel que soit leur rang intellectuel ou leur niveau social à venir s’enrichir de savoir et s’imprégner des sciences et approfondir leurs connaissances.

Et Mme Ben Ouda  de préciser que son ministère appuie un projet qui va bien au-delà de la seule C.S.T. « C’est un projet global qui touche d’autres directions. Aujourd’hui, l’évènement consiste en la signature d’une convention avec la Cité des sciences. Evidemment, il faudra moderniser un tout petit peu. C’est un choix pour lequel on a opté depuis une année puisqu’on a soutenu ce choix-là! On le voit sur le plan de l’infrastructure puisque les Espagnols ont bien avancé au niveau du planétarium de l’infrastructure. Il y a un engagement du ministère dans ce projet et on essaie de moderniser l’infrastructure de pointe pour faciliter sa démocratisation. Un dernier point autour de l’inauguration des antennes de la Cité des sciences à Kébili et Kasserine, elle approuve toute une stratégie adoptée et soutenue par le ministère de l’Enseignement supérieur. Malgré l’autonomie financière de la Cité des sciences de Tunis, il y a un appui fort et durable du MES pour conforter les institutions scientifiques et leurs installations techniques et équipements technologiques afin de rester en cohérence avec les travaux mutuels dans lesquels ils sont engagés.

Retour sur l’attraction du jour. Il s’agit d’une vidéo projection, dans l’espace Planétarium, d’un film documentaire de moins de trente minutes, œuvre du Parc technologique de Grenade adapté aux capacités techniques de son partenaire tunisien et traduit de l’espagnol pour un doublage en langue arabe. Un spectacle haut en couleur  et qui a suscité la satisfaction des deux partenaires du projet. On nourrit tout de même l’espoir que la CST s’imprègne de ce genre d’œuvre pour réaliser prochainement sa propre production de bout en bout.

Auparavant, M.Fethi Zagrouba, directeur-général de la CST, a prononcé les mots de bienvenue à la délégation espagnole dans le but de consolider les relations bilatérales et poser les jalons d’un partenariat fort et fructueux dans la durée : « De prime   abord, je tiens à vous souhaiter, à toutes et à tous, la bienvenue parmi nous à la CST, qui est chargée, depuis sa création en 1992 de vulgariser, de diffuser, et de démocratiser la culture scientifique et technologique à l’échelle nationale auprès d’un large public, notamment les jeunes ».

La CST, à travers une panoplie d’activités scientifiques, dissémine la culture scientifique tout en encourageant la science citoyenne, à travers  des manifestations, des rencontres, des expositions, des démonstrations interactives, des ateliers, des clubs, des écoles d‘été et des visites régionales dans le cadre de l’itinérance, en se basant sur des techniques pédagogiques et ludiques. Il se félicite des outputs réalisés et des résultats obtenus dans le cadre du programme de jumelage entre la Tunisie et l’Espagne, s’intitulant: « Appui  institutionnel pour l’amélioration des performances du système de recherche et innovation tunisien».

Le rôle prépondérant de la Tunisie, en sa qualité d’associée privilégiée, dans les ambitieux futurs programmes européens de coopération scientifique, est vivement souligné.

Partenariat tuniso-espagnol 

M Zagrouba épilogue sur les expériences réussies avec l’Espagne par le passé et avance ce qui suit : « Nous avons partagé un passé et une histoire commune, nous partageons un présent chargé d’échanges et de collaborations dans tous les domaines, et nous envisageons de partager dans un avenir prochain des coopérations bilatérales et multipartites entre les deux rives de la Méditerranée ».

La CST a longtemps bénéficié de l’appui de l’expertise espagnole en la matière : l’étude scénographique muséographique des Pavillons «Explora », « La Vie et l’Homme », « l’Univers » et « l’Eau » a été réalisée par le bureau d’études espagnol « Ingeneria Cultural » depuis 1996 jusqu’à 2004.

En 1997, et dans le cadre d’échange d’expériences, la CST a été honorée par la visite de M. Ernesto Paramo, directeur général sortant du Parc des Sciences de Grenade.

En somme, c’est un partenariat et un échange équitable « gagnant-gagnant ». L’espoir d’une coopération stable et pérenne, une alliance honorable et profitable avec nos homologues européens qui sera susceptible de renforcer les activités et les programmes de la CST en vue de démocratiser de plus en plus la science et accompagner les jeunes vers la pleine participation dans la vie publique, économique, sociale et culturelle, notamment. « Nous tenons à l’intégration de la jeunesse dans les politiques locales via la création de mécanismes de participations innovantes  de la société civile et des citoyennes et citoyens afin d’avancer dans le cadre du processus de la décentralisation, et de la contribution fructueuse capable de créer des liens durables entre les institutions scientifiques des deux côtés de la Méditerranée », conclut le directeur général de la Cité.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire