Avec deux participations en Supercoupe, le CSS attend toujours une consécration qui tarde à arriver. Le « Poulidor » du « Super tunisien » a ainsi échoué en 1995 et en 2019. Il est donc temps pour les protégés de Giovanni Solinas d’aller au bout.


Dès cet après-midi, dans le cadre de l’édition en cours du « Super tunisien », les coéquipiers de Mohamed Hédi Gâaloul seront opposés à du lourd, l’EST, championne de Tunisie en titre et récemment battue, toujours dans le cadre du Super (de l’édition précédente) par l’USM. C’est donc un CSS conscient des dispositions de son adversaire qui foulera aujourd’hui la pelouse de Radès. Un CSS quelque peu new-look après des départs en série, mais toujours aussi ambitieux et même revisité par des correctifs apportés par son coach italien. Il faut dire que si les Sfaxiens ont enregistré les départs de  Mohamed Journi, Sokari, Ahmed Ammar, Fraj Ghaïdhane, Mohamed Ali Moncer, Mohamed Ali Jouini, Béchir Ghariani, Ousmane Camara et autre Firas Ghouma, ils se sont aussi renforcés par l’arrivée de Hazem Haj Hassan, Houssein Ali Saïdi et quelques autres éléments qui pourraient faire leur baptême du feu, dès cet après-midi, face à l’Espérance Sportive de Tunis.

L’embarras du choix ?

L’exécutif du CSS a ainsi annoncé que plus d’une recrue a reçu son certificat international de transfert, alors que les locaux enrôlés peuvent aussi renforcer le onze sfaxien sans délais, surtout Hazem Haj Hassan, disponible après le feu vert reçu par la FTF. Pour revenir aux étrangers maintenant, précisément les continentaux, l’arrière gauche libyen Mohamed Ayed (engagé pour trois saisons), le milieu de terrain algérien Malek Rayeh et son compatriote l’attaquant Mohamed Hichem Naccache (tous deux enrôlés pour une saison)  pourraient donc être lancés par Solinas.  Par contre, le régisseur irakien, Hussein Ali Al Saâdi, ne devrait pas encore figurer au sein du onze rentrant, alors que l’avant Hazem Haj Hassan constituerait une alternative fiable en cours de jeu selon les péripéties du match. Et ce n’est pas fini pour les coéquipiers de Chadi Hammami, puisque l’équipe a plusieurs autres atouts à faire valoir, comme compter sur les jeunes du cru, en l’occurrence  Wael Tlili, l’attaquant Iyed Belouefi, les défenseurs centraux Mohamed Nasraoui et Sabeur Soudani, ainsi que  l’arrière droit Mahmoud Ghorbel. Reste maintenant le cas Diakité. L’international mauritanien n’a pas encore reçu son CIT même si le CSS ne désespère pas d’obtenir le fameux carton jaune avant le coup d’envoi du match. En clair, pour que l’ex-buteur du CSHL obtienne son droit de jouer, le CSS doit, tout d’abord,  résilier le contrat de Malick Evouna. Enfin, notons que loin de la pression qui entoure le choc du Super tunisien, le CSS a récemment tenu un point de presse en rapport avec la présentation du nouvel équipementier de l’équipe, ainsi que des nouvelles tenues officielles pour la saison 2021-2022.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire